Charles Aznavour est décédé ce lundi, laissant derrière lui une immense carrière. Loué pour son talent, celui que l'on croyait immortel avait le goût de quelques folies.... 
AFP

Les exigences de Charles Aznavour : un travail gargantuesque de traduction de ses titres

Décédé dans la nuit de dimanche à lundi 1er octobre dans sa résidence des Alpilles (Bouches-du-Rhônes), Charles Aznavour laisse derrière lui un répertoire très riche... Et des souvenirs cocasses à ceux qui ont travaillé avec lui. Retour sur les caprices de ce mythe que l'on disait "immortel".

Si Charles Aznavour est devenu une figure de la chanson française, c’est parce qu’il était un travailleur acharné et pointilleux, comme il le confiait lui-même sur Europe 1  en 2016, d’après Gala : "Je travaille énormément, j'écris beaucoup, je jette beaucoup aussi".

Artiste prolifique connu pour avoir écrit 1 200 chansons en plusieurs langues (français, anglais, espagnol, italien, russe, kabyle, allemand, arménien) celui que l'on surnommait le "Sinatra français" tenait à ce que son public international ne perde rien des textes originaux. En effet, le journaliste musical Bertrand Dicale a révélé dans l’émission C à vous que Charles Aznavour aurait fait vivre "un enfer" à ses collaborateurs.

"Il y a certaines chansons de Charles Aznavour qui ont été traduites deux ou trois fois, où il y a deux trois versions successives d'un titre en espagnol, en anglais, il y a deux versions successives de 'Mes emmerdes’. Il fallait qu’il s’adapte au pays", a-t-il expliqué

A lire aussi : Enterrement, testament : on sait ce que Charles Aznavour avait prévu

Vidéo : Sophie Davant : qui sont les hommes de sa vie ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.