AFP
Attristé par une nouvelle, Jean-Marie Bigard lance un appel à l'aide à Brigitte Macron. Découvrez pourquoi.

Jean-Marie Bigard : "Brigitte si vous m’écoutez, j’essaie de toucher votre cœur de femme"

"Je m’y oppose formellement." Faute de couverture médicale suffisante, la fermeture de la maternité de Guingamp (Bretagne) est inévitable selon l’Agence Régionale de Santé (ARS). Visiblement très touché par la nouvelle, Jean-Marie Bigard souhaite agir. Dans une vidéo qu’il a postée vendredi dernier sur Facebook, l'humoriste en appelle au "cœur de femme" de Brigitte Macron.

Entre manifestations du personnel de service et rencontres, les salariés en lutte depuis des semaines contestent haut et fort la décision de fermeture du 22 mai dernier par l’ARS. Très concerné, Jean-Marie Bigard s’y oppose avec force. Dès les premières secondes de sa vidéo, l’humoriste de 69 ans annonce la couleur : "Ce que j’ai à vous dire est très important."

A lire aussi : Simone Veil au Panthéon : Brigitte Macron, Julie Gayet et Carla Bruni côte à côte

Pour appuyer ses propos, Jean-Marie Bigard raconte avec fierté comment il a construit avec son argent personnel une maternité au Burkina Faso qu’il a baptisé en l’honneur de son fils : Sasha Bigard. "Brigitte, tu sais ce que j’ai fait avec mon argent ? J’ai fabriqué une maternité au Burkina Faso parce que j’avais un ami pédiatre à la retraite qui s’occupait de 13 villages de 1000 personnes. Il m’avait dit “Ici, les femmes accouchent sur les terres battues”, a-t-il lancé à la Première dame.

Au-delà de son soutien à la maternité, Jean-Marie Bigard souhaite véhiculer un message fort : il faut "de temps en temps payer de sa personne et aider les autres".

Jean-Marie Bigard : prêt à tout pour sauver la maternité de Guingamp

Visiblement très déterminé, Jean-Bigard ne veut rien lâcher. Il s’est même engagé à venir jouer dans la ville de Guingamp autant de fois qu'il le faudra afin de récolter les fonds nécessaires à la survie de la maternité. "Je donnerai la recette parce que je dois montrer l’exemple justement", a-t-il promis.

La lutte du personnel de service semble avoir porté ses fruits puisque le 22 juin dernier, le président de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard a déclaré que la décision de fermer la maternité était suspendue. Toutefois, pour l’ARS, la fermeture reste "évidente", selon Le Télégramme.