Deux députés vont remettre un rapport au gouvernement mercredi afin de suggérer que les consommateurs de cannabis soient punis par une simple amende, selon Le Parisien. Un sujet qui risque de faire beaucoup bruit.

Le gouvernement va devoir prendre une décision qui risque de laisser un goût amer pour de nombreux Français. Une mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’usage des stupéfiants et en première ligne le cannabis, va rendre son rapport ce mercredi au gouvernement. Il devrait préconiser l’application d’une simple amende pour les consommateurs de drogue. Avec cette potentielle nouvelle mesure, les forces de l’ordre auront davantage de temps pour se concentrer sur les démantèlements de trafics de drogue. Les syndicats de police sont unanimes, ils approuvent cette mesure. « La consommation de cannabis est aujourd'hui un contentieux de masse qu'on ne peut plus gérer, explique Patrice Ribeiro, du syndicat Synergie des officiers de police au Parisien. Certains policiers en arrivent même, lors d'un contrôle sur un consommateur, à jeter le petit joint par terre pour ne pas avoir à faire une procédure fastidieuse et vaine puisque la plupart du temps, les magistrats, débordés aussi, ne donnent pas suite ».

Un sujet épineux pour Emmanuel Macron

Même son de cloche pour Jean-Marc Bailleul, secrétaire général du syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI), qui tient tout de même à prévenir. « Une simple contravention ne suffirait pas. Il faut plutôt aller vers une amende forfaitaire délictuelle, où la notion de délit est maintenue. Cela reste répressif, mais surtout cela permet aux enquêteurs de conserver le dossier d'un consommateur qui peut s'avérer déterminant plus tard dans le cadre d'une enquête sur un trafic ».

Publicité
Le dossier rédigé par les deux parlementaires de l’Assemblée nationale, Éric Poulliat (LREM, Gironde) et Robin Reda (LR, Essonne) compte 80 pages et privilégie l’amende allant de 150 à 200 euros. Emmanuel Macron devra donc trancher sur ce dossier particulièrement sensible. Alors que la police semble être favorable à l’application d’une amende, les magistrats rechignent à l’idée d’alléger les sanctions. « Cette forfaitisation d'un délit ne fait que répondre aux conséquences et pas aux causes ! s’exclame Jean de Maillard, d’Unité-Magistrats-FO, au Parisien. On va officialiser une démission collective face à un véritable fléau, et les seuls gagnants seront Bercy et les trafiquants ! Au lieu de baisser les bras, il faudrait enfin mettre en place de vraies politiques de prévention et de lutte contre les trafics, pas entériner le manque de moyens de la police et de la justice en construisant de faux outils de répression ».

EN VIDEO. Cannabis, cocaïne, ecstasy... A Nantes, "ça deale à l'hôpital"

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité