Au beau milieu du mois d'avril, les températures glaciales devraient marquer un désagréable retour hivernal. Toute la France est touchée. Avant de sortir ce week-end, pensez à prendre gants et bonnets !
IllustrationIstock

Verglas, gelées blanches et neige : que faut-il attendre pour ce week-end ?

En avril, ne te découvre pas d’un fil ! Un proverbe qui semble particulièrement vrai pour le week-end à venir. En effet, le samedi 13 et le dimanche 14 avril 2019 s’annoncent froids, pour ne pas dire hivernaux. D’après le journal local La Dépêche, des "températures glaciales" seraient attendues dans tout l’Hexagone. De la neige est même attendue dès vendredi, assure le quotidien. Elle devrait tomber en Corse à partir de 1 700 mètres. Dans les Alpes du Sud, on la retrouve à partir de 1 800 mètres et jusqu’à 2 000 mètres. En Andorre, d’ailleurs, les voitures sont contraintes de s’équiper pour mieux se prémunir contre les chutes abondantes. Sans compter les températures négatives recensées à Front-Romeu, par exemple.

Publicité

Toutefois, le soleil devrait être présent samedi. Il ne suffira pas, malheureusement, à vous réchauffer. Les matinées resteront particulièrement fraîches, la plus froide étant celle du dimanche. "Le matin, les gelées entre 0 et -3 degrés seront fréquentes à l’intérieur des terres", explique le service météo. Au mieux, les températures atteindront 10 à 12 degrés dans l’après-midi, comme à Toulouse. Soit nettement en dessous des normales de saison. Pire ! Les nuages devraient s’étaler dans de nombreux départements, notamment dans l’ouest du pays.

Publicité

Fort heureusement, les beaux jours devraient revenir progressivement explique Ouest France sur son site d’information. Dès mercredi 17 avril, le mercure devrait grimper jusqu’à des températures plus printanières puisque - bonne nouvelle - il pourrait atteindre jusqu’à 20 degrés.

Verglas, gelées blanche et neige : quelle est la cause de ces étranges températures ?

C’est à internationale qu’il faut chercher la justification de ces températures. Si le mercure descend si bas, c’est en effet en raison d’un important anticyclone qui trouve ses racines en Scandinavie et descend jusqu’en Espagne.

Cependant, il n’est pas seul. Accompagné par un flux venu de Russie et de Baltique, ils contribuent tous deux à refroidir sensiblement le climat, qui peinait déjà à installer le printemps sur l’Hexagone.

Ensemble, ils pourraient provoquer des gelées blanches ainsi que du verglas de façon localisée sur les routes souligne La Dépêche. Sans oublier des vents glaciaux risquent de souffler fort et d’influencer à la baisse les températures ressenties, poursuit le média.

Vidéo : Pénurie d’électricité cet hiver : serez-vous concerné ?