Sommaire

Variant anglais du coronavirus : que retenir de la situation au Royaume-Uni ?

En octobre dernier, comme c’est le cas aujourd’hui en France, VoC 202012/01 ne représentait pas une menace des plus inquiétantes. "Sa prévalence était autour de 0,5 % au début octobre. Il a passé le taux de 1 % des nouvelles contaminations au Covid-19 au début novembre. Puis, comme il s’agit d’une progression exponentielle, d’abord très lente avant de devenir très rapide, ce taux est passé au-dessus de 50 % des nouvelles infections en deux mois et se situe autour de 60 % actuellement, avec des niveaux très élevés dans le sud-est de l’Angleterre", explique en effet François Balloux, directeur de l’institut de génétique à l’University College de Londres, contacté par Le Figaro.

Mais la situation pourrait être différente en France, estime Philippe Vanhems, le chef de service en épidémiologie des Hospices de Lyon. "Ce taux de 1 % nous laisse penser que la diffusion du variant anglais dans la population française pourrait encore être ralentie, voire contrôlée", indique-t-il.

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.