Sommaire

Nouveau coronavirus : la date qu’il faut craindre

Dans l’immédiat, a fait savoir le ministre de la Santé et des solidarités, le variant d’origine anglaise représenterait "près de 1%" de l’intégralité des cas positifs au test PCR réalisés en France. De telles estimations reposent sur l’enquête "flash" réalisée par le professeur Bruno Lina, virologue au CHU de Lyon qui analysait le 8 décembre 5 000 tests PCR positifs. Soit "20% de ceux réalisés les 7 et 8 janviers en France" En tout et pour tout, une cinquantaine de ces tests ont été jugés positifs au mutant anglais, note Le Figaro qui se fait l’écho de cette enquête.

Cependant, cela ne signifie pas que le virus ne va pas - à terme - s’imposer comme la menace principale. "Le variant anglais deviendra majoritaire dans les nouvelles infections en France dans deux mois et demi à trois mois", affirme en effet l’épidémiologiste Mircea Sofonea, chercheur en maladies infectieuses à l’université de Montpellier. Une analyse qui correspond à celles d’autres spécialistes, dont Yazdan Yazdanpanah et qui renvoie l’explosion à mars ou avril 2021, c’est selon.

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.