L'analyse ADN d'un emballage bonbon a permis de retrouver un violeur, 21 ans après le drame. L'homme de 67 ans a reconnu les faits lors de sa garde à vue.

21 ans se sont passés... et un vieux dossier a enfin été résolu dans la Vienne. Un homme, âgé de 67 ans a été reconnu comme étant l'auteur d'un viol grâce à un papier bonbon. C'est le parquet et la gendarmerie qui ont révélé la fin de cette affaire dramatique, ce mardi 15 octobre 2019, auprès du média France 3.

Le violeur était son voisin à l'époque des faits

Comment ont-ils réussi à résoudre cette enquête ? Eh bien, par hasard !

En effet, à la suite d'un cambriolage dans une menuiserie qui a eu lieu l'été dernier, un emballage bonbon, présent sur les lieux, a dû être analysé. Il s'avère que l'ADN de celui-ci a été confondu avec un autre, fiché dans une base de données nationale des empreintes génétiques (FNAEG), depuis plus de 20 ans. En croisant le dossier du viol et l'affaire du cambriolage, c'est le nom du père du menuisier qui est directement ressorti.

Cette correspondance était liée à une affaire de viol datant d'octobre 1998. Une automobiliste de 21 ans a été agressée sexuellement par un homme sur une route du nord du département. L'individu avait placé des rondins de bois en travers de la chaussée afin que la jeune femme soit obligée de s'arrêter.

L'homme "qui avait le visage dissimulé par une cagoule", l'avait ligotée puis violée dans sa voiture. "Il avait ensuite pris la fuite à pied", a relaté le procureur de la République de Poitiers, Michel Garrandaux. 

Le sexagénaire risque jusqu'à 15 ans de prison pour "viol crapuleux"

Interpellé mercredi, il a d’abord nié avant de reconnaître les faits lors de sa garde à vue, a indiqué le procureur.

Selon les informations de LCI, à l'époque du viol, le violeur avait été interrogé par les gendarmes de la brigade de recherches de la gendarmerie de Châtellerault, car il était le voisin de la victime.

"La victime, une mère de famille, s'est dite soulagée, heureuse de ce dénouement, mais aussi en grande souffrance", a ajouté le procureur. Son agresseur a expliqué lors de sa garde à vue qu'il traversait une période personnelle difficile à l'époque. Il a été mis en examen pour "viol crapuleux" (un viol commis sur la voie publique)

Le suspect encourt une peine maximale de 15 ans de réclusion criminelle.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.