Emprisonné à perpétuité, "l'étrangleur d'Aachen" s'est tué en s'adonnant à un jeu coquin. Il est mort d'une insuffisance cardiaque dans sa cellule. 
Istock

Un célèbre tueur en série allemand s’est tué en s’adonnant à un jeu sexuel

Agé de 62 ans, Egidius Schiffer purgeait une peine à vie depuis 2008 pour avoir commis une série de meurtres entre 1983 et 1990. Celui que l’on surnommait “l’étrangleur d’Aachen” et qui terrifiait l’Allemagne de l’Ouest, selon France Soir, s’est électrocuté dans sa cellule ce lundi à la prison de Bochum, en Allemagne.

D’après les autorités, l’homme se serait adonné à un jeu sadomasochiste. Son avocat a reconnu que son client n’avait pas de pensées suicidaires : la thèse de l’accident a donc été privilégiée, d’après France Soir. "Il a enlevé un câble de sa lampe de chevet. Puis il l’a enroulé autour de ses mamelons et de son pénis. Il a branché le bout dans la prise de courant", a indiqué Candida Tunnel, la porte-parole de la prison, au Times

Selon l'autopsie, la mort d'Egidius Schiffer serait dûe à une insuffisance respiratoire, causée par une décharge électrique qui lui a été mortelle. 

A lire aussi : Sexe et terroir : quelles sont vos préférences coquines par région 

Un tueur en série sadomaso s’électrocute dans sa cellule par accident

Si l’homme a terrifié l’Allemagne durant des années, ce n’est que bien plus tard qu’il a été arrêté, par hasard, par les autorités allemandes. Il a fallu près de 18 ans à la police pour élucider le meurtre de cinq jeunes femmes, retrouvées mortes dans les années 90.

Arrêté pour un vol de métal, en 2007, c’est son ADN qui l’a trahi. Après des aveux à la police, il se rétracte mais écope tout de même d'une peine de prison ferme, précise France Soir

L 'individu suivait un mode opératoire sordide : il trouvait ses victimes à l’arrêt de bus ou à la sortie de boîte de nuits, les agressait sexuellement et les torturait, avant de les tuer par strangulation, d'où son surnom d'"étrangleur d'Aachen". 

 

Vidéo : Saucisse, épilation du maillot… Ces faux pas ont stoppé les cavales des fugitifs

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.