Un internaute a été interpellé cette semaine pour avoir posté sur Facebook une annonce très spéciale : il recherchait un tueur à gages pour éliminer l'ancien Premier ministre, Manuel Valls. 
AFP

Une blague de très mauvais goût. Mardi à Belfort, un jeune homme de 18 ans a été interpellé par la police. En cause : l’annonce qu’il avait posté sur Facebook. Dans ce message, il expliquait en effet qu’il recherchait un tueur à gages pour éliminer celui qui était alors Premier ministre : Manuel Valls. "Je n’ai rien à vendre, mais je cherche quelqu’un pour tuer Manuel Valls. Un tueur à gages, expert ou non", pouvait-on ainsi lire sur son profil. Un texte qui a amusé plusieurs de ses amis, en témoignent les "likes" enregistrés, mais qui en a aussi agacé un autre.

A lire aussi –François Hollande a-t-il un problème avec sa sécurité ?

"Un jeune qui n’a pas réfléchi"

C’est d’ailleurs ce dernier qui a alerté les autorités. Une enquête a ensuite été ouverte et grâce à l’adresse IP du commanditaire, la police est parvenue à remonter jusqu’au jeune homme, rapporte France Bleu. Lorsque des agents sont venus l’interpeller, il avait déjà supprimé son « annonce ». Il leur a alors expliqué que toute cette histoire n’était qu’une "blague" pour "faire le buzz » et qu’il regrettait son geste. C’est un "jeune qui n’a pas réfléchi" et qui pensait pouvoir faire "tout et n’importe quoi sur les réseaux sociaux. Il a vu que Manuel Valls allait venir dans la région, il a voulu faire le malin sans penser aux conséquences", a raconté à la radio une source proche de l’enquête.

Sorti de garde à vue mercredi matin, le jeune a été condamné à des travaux d’intérêt général et à un stage de citoyenneté.

En vidéo – Terrorisme : la sécurité, priorité absolue de François Hollande

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : La Française des jeux enclenche officiellement son processus de privatisation