REBONDISSEMENT Il avait alerté les médias parce qu'il voulait dénoncer la présence de squatteurs dans son appartement de Neuilly-sur-Seine. Sauf qu'il s'agissait, en fin de compte, de locataires "au noir" qui ne s'acquittaient plus de leur loyer.

C'est une information révélée par Europe 1. Ce mercredi 7 février, Serge, 60 ans arrive au commissariat particulièrement remonté. Il prétend être en proie à une injustice ! En cause : des squatteurs qui auraient investi son appartement de Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine. Tout de suite, il clame son désarroi et déroule son histoire aux médias.

Alors qu'il revenait d'un séjour passé auprès de son père, malade, à Nice, il découvre que son logement est désormais occupé. Y ont posé leurs valises, un couple et ses deux enfants en bas âge. "Ils ont mis une alarme chez moi pour m'éviter d'avoir envie de revenir. Ils ont détourné mon contrat EDF et puis ils ont installé une box", raconte-t-il sur Europe 1. Et de poursuivre : "Vous perdez le sommeil, vous perdez l'envie de vivre... (...) C'est ma résidence principale. Et tout ça, c'est dans la plus grande impunité".

 

Deux versions contradictoires

Sauf que le sexagénaire aurait peut-être légèrement remanié la réalité. Selon des habitants de l'immeuble, Serge n'occuperait plus cet appartement depuis une dizaine d'années. Il le louerait, en réalité, au noir par tranche de six mois et se serait fait prendre à son propre jeu.

A priori, le couple de "squatteurs" serait arrivé dans la résidence fin 2016. Les six premiers mois de son occupation, il s'était acquitté de son loyer, puis plus rien. Il avait ensuite choisi de partir de longs mois durant. Pendant ce temps là, Serge avait alors décidé de déménager les affaires dudit couple et de changer la serrure. Sauf qu'à son retour, le couple était bien décidé à reprendre possession du logement en question. Il aurait alors forcé la porte avant de se réinstaller et de changer de nouveau la serrure, installant par la même occasion une alarme.

"C'est faux, totalement faux"

Contacté par Europe 1, le syndic de l'immeuble déplore l'attitude du sexagénaire : "Il avait pris l'habitude de ne pas déclarer les revenus de cette location. Et pour nous, c'est impossible." Idem du côté des voisins de Serge : "Il n'y a pas de signature de bail chez le syndic et il fait ça depuis une dizaine d'années"..."Maintenant, monsieur fait part dans les journaux qu'il a été squatté... C'est faux, totalement faux", déplore l'un d'entre eux.

Publicité
Remonté au possible, le sexagénaire a décidé de contacter une avocate et lancé une procédure judiciaire. Une audience devrait avoir lieu le 12 mars prochain au tribunal d'instance de Courbevoie pour tenter de démêler le vrai du faux. 

En vidéo - Le monde de Macron : Garges-lès-Gonesse, des squatteurs délogés

mots-clés : Squatteurs, Escroquerie

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité