Sommaire

Terrorisme : pourquoi la France est-elle une cible aussi évidente pour les terroristes ?

Tout au long de la vidéo diffusée par Al Qaeda, la France apparaît comme l’un des ennemis les plus importants. Le pays y est décrit comme un ennemi de l’Islam, à qui il mènerait une guerre sans répit, "dans la continuité des Croisades", écrit France Inter.

"Notons d’abord que nous parlons d’Al Qaeda et non de Daesh. C’est important parce que les deux organisations ne sont pas les mêmes et qu’au sein de la première, la détestation de la France est historique. C’était déjà le cas à l’époque de Ben Laden", souligne d’abord François-Bernard Huyghe, qui ne manque pas non plus de rappeler que les raisons de cette haine sont nombreuses.

"Al Qaeda reproche à la France d’être la fille aînée de l’Eglise autant qu’elle lui reproche d’être un pays dont l’application de la laïcité peut passer pour de l’athéisme. Elle lui reproche aussi bien des faits géopolitiques, puisque l’Hexagone fait partie des puissances qui utilisent son armée contre le terrorisme. Nous avons participé à de nombreuses opérations contre leurs troupes. En outre, l’identité française y est décrite comme une culture de débauche", poursuit l’expert.

"A ce dossier déjà lourd s’ajoutent deux autres facteurs : la France, à travers Charlie Hebdo, est perçue comme le pays du blasphème. L’impact de ce magazine dans le monde musulman a été très important. Puis, il ne faut pas perdre de vue les déclarations d’Emmanuel Macron sur le séparatisme et l’Islam ! Elles aussi ont beaucoup fait réagir…", pointe le président de l’OSI pour Planet.fr.

De quoi convoquer une armée de tueurs professionnels et les lâcher sur le sol français ?

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.