Pendant sept années consécutives, une mère et ses deux filles ont été séquestrées et violées. Le bourreau a été arrêté et est bien connu des services de police.

A la Réunion, dans une cité populaire de Saint-Benoît, un homme a cloîtré chez lui sa compagne ainsi que ses deux filles, les forçant à avoir des relations sexuelles avec lui, les humiliants jour comme nuit. Ce calvaire a duré sept ans, avant que le fils de la quadragénaire ne révèle tout aux forces de l’ordre la semaine dernière, après avoir été chassé du domicile, rapporte le Parisien

Agé de 55 ans, l'homme qui a été arrêté se serait comporté en véritable tyran. Depuis le mois de janvier 2010, les trois femmes étaient totalement coupées de l’extérieur, subissant menaces et violences. Elles ne pouvaient sortir qu'en sa compagnie et les téléphones portables étaient enfermés dans un coffre-fort dont lui seul détenait la clef.

"On aurait jamais pu imaginer ça"

Le suspect ne cessait de violer l’ainée de la famille, âgée de 29 ans, avec qui il a eu un enfant en 2011. Ce n’est qu’après qu’elle ait accouché, qu’il a commencé à violer la deuxième fille. Les trois femmes étaient surveillées par des caméras de surveillance, reliées au bureau du bourreau, situé à quelques mètres du domicile. L'accusé avait d'ailleurs pris soin de se protéger des regards indiscrets en installant des draps et des bâches.

Une voisine de palier, choquée par les récentes révélation a confié au Parisien : "On aurait jamais pu imaginer ça. C'est vrai qu'on ne les voyait que très rarement. Quand on les croisait dans l'immeuble, elles baissaient la tête. Lui était très poli, disait bonjour. On se doutait que quelque chose clochait mais pas à ce point. Comment un seul homme a-t-il pu maintenir ainsi ces femmes sous son emprise tout ce temps, se constituant un véritable harem basé sur la terreur".

L’individu est connu des services de Police.

Publicité
Il s'avère que l'homme en question est bien connu des services de police. Il a déjà été condamné à dix ans de réclusion, en 1996, pour avoir tué sa femme à coups de galets. Une commission rogatoire a été ouverte par un juge d’instruction, afin de chercher plus de preuves au domicile du bourreau.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité