Jacques Rançon, le "tueur de la gare" de Perpignan, est revenu sur ses aveux concernant le meurtre d'Isabelle Mesnage. Il avait pourtant reconnu le crime il y a quelques mois.
Tueur de la gare : Rebondissement dans l'affaire Isabelle MesnageAFP

Le corps d'Isabelle Mesnage est découvert le 3 juillet 1986, sur les bords d'un chemin de randonnée à Cachy, dans les Hauts-de-France. La jeune informaticienne de 20 ans qui travaillait au CHU d'Amiens est retrouvée en partie dévêtue, ses habits déchirés et ses objets personnels épars autour d'elle. L'enquête avait tout d'abord piétiné avant qu'un non-lieu ne soit prononcé en 1992, explique France 3 Hauts-de-France

Mais en juin 2019, Jacques Rançon, le "tueur de la gare" de Perpignan, placé en garde à vue, reconnaît le meurtre de l'informaticienne. L'homme avoue avoir "enlevé Isabelle Mesnage le jour de sa disparition alors qu'elle faisait du stop", détaillait alors le parquet d'Amiens, qui poursuit : "Il l'a frappée, violée avant de l'étrangler".

Lors de sa garde à vue, Jacques Rançon reconnaît ce crime comme son "tout premier meurtre", explique la chaîne d'informations locales. Il a alors été mis en examen pour "viol suivi d'assassinat", avant d'être reconduit à la prison de Béziers (Hérault, Occitanie), où il purge une peine à perpétuité pour les meurtres de Moktaria Chaïb et Marie-Hélène Gonzalez, en 1997 et 1998.

Entendu par le juge

Depuis, Jacques Rançon est toutefois revenu sur ces aveux. Il doit être entendu ce vendredi 14 février 2020, par un juge d'Amiens, indique Le Parisien

Des doutes subsistaient déjà en 2019, selon le quotidien régional. En effet, son avocat Me Xavier Capelet soulignait que "ces aveux étaient un copier-coller de ceux qu'il avait livrés au sujet du meurtre de Moktaria Chaïb". Et lui de poursuivre : "On se demande s'il n'a pas fait un amalgame entre les deux affaires…". En août 2019, le prévenu évoquait déjà des problèmes de mémoire, avant de nier toute implication dans la mort de la jeune femme, le 18 octobre de la même année. 

Remportez un chèque cadeau de 500€ et offrez-vous un vélo électrique en participant au grand jeu concours.

Vidéo : Mort d'une fillette d'un an, tuée par sa mère : que s'est-il passé ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.