Le motard aperçu à proximité des lieux du drame à Chevaline (Haute-Savoie) en septembre 2012 a été identifié par les gendarmes puis mis hors de cause.

Il s’agissait d’une des pistes majeures de l’enquête. Le mystérieux motard qui avait été aperçu à proximité des lieux du quadruple meurtre de Chevaline le 5 septembre 2012 n’aurait sans doute rien à voir avec le drame, rapporte jeudi France Info. Formellement identifié par les enquêteurs de la section de recherches de Chambéry (Haute-Savoie), l’individu a été auditionné le mois dernier. Les juges d’instruction en charge de cette affaire, Michel Mollin et Christine de Curraize, ont conclu que le suspect n’était pas impliqué dans la tuerie.

Retrouvez notre zapping Actu du jour

Patrick Sébastien viré de France Télévisions : les internautes ripostent

Voir plus de vidéos

Le jour du drame, le motard, qui allait s’engager sur un sentier piétonnier, avait été interpellé par deux gardes-forestiers lui demandant de faire demi-tour. Il était alors passé devant le parking où la famille Al-Hilli et le cycliste Sylvain Mollier avaient été froidement abattus. 

Identifié grâce à son téléphone portable

Si la présence de l’individu sur les lieux du drame était connue depuis le début par les enquêteurs, ceux-ci l’avaient délibérément gardée secrète pour tenter de l’arrêter par surprise. Cette stratégie n’ayant pas fonctionné, ils avaient diffusé en novembre 2013 un portrait-robot du suspect, portant le bouc et un casque de moto "de couleur noire ou foncée avec ouverture latérale au niveau de la mentonnière". Les gendarmes auraient finalement identifié le suspect grâce à des images de vidéosurveillance, ainsi qu’à son téléphone portable, retrouvé à proximité de la zone du crime.

Adepte du parapente

Publicité
Le motard, quant à lui, a expliqué n’avoir jamais fait le rapprochement entre ce portrait-robot et lui. Originaire de Lyon, l’homme a confié aux enquêteurs qu’il était présent sur les lieux pour faire du parapente, la région étant effectivement réputée pour ses "spots" de vol libre. Son casier judiciaire étant vierge, "son profil personnel et professionnel l’exclut de la liste des suspects à 95%", bien que certaines "vérifications doivent encore être menées", ont indiqué les autorités.

Vidéo sur le même thème : nouveau rebondissement dans l'affaire de la tuerie de Chevaline


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité