La fin des fonctionnaires : vers un service plus cher et de moins bonne qualité ?

Pour le contribuable, la fin de la fonction publique – et d'une certaine conception de l'Etat ainsi que du contrat social qui y sont associés – est lourde de dangers. "D'abord, les Français risquent fort de payer plus cher un service qui sera, au final de moins bonne qualité. C'est une évidence. Dans la santé, par exemple, on risque de créer un système à deux vitesses où l'on sera mieux soigné si l'on est riche", pointe du doigt l'économiste.

C'est loin d'être le seul risque, néanmoins. "Si on va jusqu'au bout de la logique, on en arrive à une forme de re-féodalisation de la société. Forcément, si l'Etat ne fournit plus les services publics qu'il assure aujourd'hui, nous redevenons dépendant de puissances privées, légales ou illégales. Nous serions contraints d'être les vassaux de grosses entreprises qui se substituent à l’État, comme pouvaient le faire certains patrons paternalistes par le passé. Si l'Etat, qui est le garant des populations, les livre à des puissances privés il permet à ces mêmes puissances d'acheter leur fidélité politique et idéologique, puisque ce sont elles qui subviennent à leurs besoins", lance le professeur en économie.

Publicité
Et lui de conclure : "On risque également la perte du sens du commun, de ce qui nous lie avec les autres. D'accoucher, somme toute, d'une société segmentée, née d'une croissance des inégalités qui éloignent les individus. N'oublions jamais que l’État est producteur de social..."

Vidéo : À quoi servent vos impôts ?

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité