Le millionnaire algérien invite, vendredi à Cannes, les femmes qui le souhaitent à venir vêtues d'un burkini, ce vêtement de bain islamique qui avait fait polémique l'été dernier. 

Le millionnaire algérien controversé Rachid Nekkaz invite toutes les femmes qui le souhaitent à venir en burkini sur les plages du festival de Cannes, vendredi. L'homme d'affaires a publié un tweet pour l'occasion, adressé via Twitter à Marine Le Pen et Florian Philippot, qui font partie des détracteurs de ce vêtement de bain islamique qui recouvre presque entièrement le corps.

L'été dernier, une polémique était née suite à la multiplication sur les plages françaises de femmes en burkini. Certains jugeant le vêtement provocateur et trop rigoriste, quand d'autres, surtout des femmes musulmanes, défendaient la liberté du choix vestimentaire. A l'issue de nombreux jours de polémique et de décrets municipaux interdisant le port du burkini sur certaines plages, le Conseil d'Etat avait tranché en autorisant le port du burkini sur les plages.

Un évènement "festif" qui s'inscrit dans "une démarche républicaine"

Contacté par Planet.fr, Rachid Nekkaz réfute toute provocation. "Il s'agit simplement de célébrer, pendant deux heures (14h-16h), soit la durée d'un film, la décision du Conseil d'Etat du 26 août (2016) qui a suspendu tous les arrêtés anti-burkini", explique celui qui contiue à payer régulièrement les contraventions de femmes en burqa, malgré l'"amendement Nekkaz". 

Il l'assure, l'opération "Toutes en burkini" sera "un évènement festif" qui s'inscrira dans "une démarche républicaine". Rachid Nekkaz dit avoir reçu des demandes de femmes qui désirent participer à l'évènement, mais elles ne sont pas toutes rassurées sur la sécurité. "Je suis en contact avec les autorités pour être sûr que l'évènement, déclaré et légal, se passe bien", explique-t-il.

Publicité
Mais pourquoi raviver la polémique de l'année dernière ? Parce que selon lui la décision du Conseil d'Etat pourrait (ou aurait pu) être remise en question. "Il s'agit d'un message envoyé à certains partis politiques qui voulaient inscrire dans leur programme l'interdiction du burkini", avoue-t-il.

Un brin caustique, Rachid Nekkaz a envoyé deux burkinis bleu-blanc-rouge à Nadine Morano et Marine Le Pen, sans obtenir de réponse de leur part.

Vidéo sur le même thème : France : le burkini, un faux débat ?


mots-clés : Burkini, Cannes, Opération

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité