A chaque nouveau mois, son lot de changements. Découvrez ceux du mois de juin.
Tout ce qui change au 1er juinIllustrationIstock

De nombreux secteurs ont besoin d’aide ou d’un coup d'accélérateur. Dès ce 1er juin 2020, de nombreuses mesures sociales ou de relance risquent d’évoluer, informe Le Figaro. C’est le cas par exemple des entreprises. Le gouvernement souhaite leur donner un coup d'accélérateur en les incitant à stopper le chômage partiel, mais aussi en stimulant la demande pour l’automobile.

Pour mettre en place cette mesure, l’État a décidé de diminuer sa contribution. Ainsi, les sociétés devront couvrir 15% de l’indemnisation versée pour maintenir leurs salariés au chômage partiel. Le gouvernement continuera de prendre en charge le reste. Bien évidemment, ces nouvelles consignes ne pénalisent pas le salarié qui percevra toujours 70% de son salaire brut, soit 84% de son salaire net. Cependant, l’État ne pourra pas appliquer cette mesure à tous les secteurs d’activité.

Cas particuliers

Cela concerne "l'hôtellerie, la restauration, les bars, l’événementiel, et une bonne partie du secteur culturel", a souligné la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Pour ces cas exceptionnels, le gouvernement continuera de prendre en charge 100% du chômage partiel. Quant aux parents devant garder leurs enfants en raison de la fermeture des établissements scolaires, ils ne percevront plus de façon systématique le chômage partiel. Et ce, dès le 1ᵉʳ juin. Pour en bénéficier, ils devront fournir une attestation stipulant que l’école, le collège ou le lycée de leur enfant est bel et bien fermé, ou que l’enfant ne peut pas s’y rendre (pas prioritaire). Tous les salariés considérés comme vulnérables (maladies, blessures... ) pourront en revanche toujours en profiter.

Préparer sa retraite ? Retrouver un emploi ? Découvrez l'accompagnement de nos formateurs !

Vidéo : Une famille doit débourser des milliers d'euros pour sa maison squattée

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.