Les histoires d'amour finissent mal, y compris entre animateur et médias. Nombreux sont ceux qui se sont retournés contre ceux qui les avaient exposés. Argent, dommages… Florilège des affaires.
AFP
Sommaire

Tex : un licenciement pour faute grave confirmé

© AFP

Tex a commis une faute grave, et les prud’hommes n’ont fait que le confirmer. L’animateur incarne peut-être l’affaire la plus emblématique du cas où un animateur télé ou radio se retourne contre son employeur.

Tout commence en décembre quand le désormais ex-présentateur des Zamours fait une blague sexiste sur les violences faites aux femmes dans le cadre d’une émission sur C8. Il est débarqué pour faute grave. Pas question cependant de se laisser faire. Tex engage un avocat aux prud’hommes et conteste son licenciement. Il réclame alors 1,2 million d’euros.

Jean-Christophe Le Texier ne sera finalement indemnisé qu’à hauteur de 45 000 euros et non pas à cause de son licenciement, motivé, selon les prud’hommes. Si l’animateur a pu toucher cette some, c’est parce que les 144 CDD qu’il a effectués en 17 ans de présentation ont été requalifiés en CDI.

Julien Lepers contre France TV

© AFP

Depuis qu’il a été licencié de Questions pour un champion, Julien Lepers se bat pour faire reconnaître, selon lui, le caractère abusif de son départ.

L’animateur réclame ainsi 3,4 millions d’euros à son ancien employeur, estimant avoir été évincé par une décision de la présidente de France Télévision,Delphine Ernotte, sur critères discriminant : trop blanc, trop vieux. Il demande environ 800 000 euros pour la rupture, 1,4 million d’euros pour licenciement nul ou sans cause réelle et sérieuse et près de 480 000 euros pour licenciement dans des conditions brutales et vaxatoires.

Julien Lepers a présenté pendant 28 ans l’émission et gagnait 40 000 euros par mois. Il a été remplacé par Samuel Etienne.

Les prud’hommes n’ont pas encore tranché, la décision ayant été renvoyée en avril dernier., précise L’Express.

Cauet s’attaque à NRJ

© AFP

Animateur star de la radio NRJ, Cauet a eu du mal à digérer son limogeage. Résultat, en décembre dernier, il attaque la station de radio au tribunal de commerce. Pourquoi ? Parce qu’il n’est pas moins question de son licenciement que de son contrat.

Cauet veut en fait faire valoir que le contrat avec NRJ n’a pas été signé avec lui mais avec son entreprise, Be Aware, détaille BFMTV. Il réclame donc des dommages, sans que le montant n’ait été dévoilé. En signant avec Be Aware, cela permettait d’éviter les charges patronales et salariales.

Tout s’est bien terminé cependant puisque NRJ a annoncé le retour de Cauet à son antenne le 27 août prochain avec son émission C Cauet. Entre temps, l’animateur radio est allé faire un tour du côté de la concurrence, à l’antenne de Virigin radio.

Maïtena Miraben VS Canal Plus

© AFP

Entre Maïtena Biraben et Canal Plus, c’est un contentieux qui commence à avoir quelques années. L’ancienne présentatrice du Grand Journal a très peu goûté son éviction en 2016. Elle assure avoir été limogée sans en être avertie, la chaîne cryptée dit le contraire.

La plus récente audience qui s’est tenue aux prud’hommes en juin dernier a permis de faire le point sur l’affaire et de révéler que l’animatrice demande 4 millions d’euros, dont 1 million de dommages et intérêt pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, et 2,1 millions d’indemnités de rupture.

L’affaire a été mise en délibéré et le jugement sera rendu le 27 septembre prochain, précise l’Express

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.