Ecouter l'article :

Une arnaque circule actuellement aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie. Il s'agit d'un faux SMS reproduisant le système de dépistage du coronavirus Covid-19.

Méfiez-vous de ce SMS. Les pirates informatiques surfent sur la vague du coronavirus dans le but d’extorquer la population, informe Europe 1. Le schéma d’attaque est d’ores et déjà connu aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie. Vous recevez un SMS dans lequel il est écrit :

"Une personne avec qui vous avez été en contact a été testée positive au Covid-19. Il est recommandé de vous isoler ou de vous faire tester. Pour en savoir plus, cliquez sur le lien"

À première vue, cela peut paraître crédible. En effet, il pourrait s’agir "du travail des brigades sanitaires, déployées dans différents pays afin de tester les habitants et identifier les personnes étant ou ayant été en contact avec des malades. Or, il s’agit en réalité d’une tentative d'hameçonnage qui se déclenche si vous cliquez sur le lien. Il vous est ensuite demandé d’indiquer des informations qui seront bénéfiques aux hackers. Grâce à ces dernières, ils pourront s’accaparer vos données personnelles ou bancaires par exemple.

Les organismes appellent à la vigilance

Cette arnaque a bien été identifiée, et la Direction générale de la Santé a décidé de prendre les choses en main. Elle a affirmé que dans le cadre du travail des brigades de tests, tout individu ayant rencontré un malade du coronavirus Covid-19, ne recevra pas de SMS, mais sera bel et bien contacté de vive voix, par téléphone.

L’escroquerie n’est pas encore arrivée en France, mais l'Assurance maladie a confirmé que le principe du "contact tracing" ne nécessite pas de renseigner ses coordonnées bancaires, et recommande la prudence si jamais vous recevez des messages de ce type.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.