Sommaire

"Je suis seulement le produit de mes désirs"

Pour moi, tout a commencé lors d’un repas de communion. Je ramassais quelque chose sous la table quand j’ai vu la main d’un homme massant furtivement le sexe de sa voisine. Je me suis redressée comme si je n’avais rien vu. Puis, j’ai discrètement observé l’expression du visage de cette femme. A un moment, nos yeux se sont croisés. Une connivence, quelque chose de trouble s’est insinué en moi. J’ai eu envie de faire comme elle, de fondre sous les doigts d’un homme. Cette envie ne m’a jamais quittée.

Après mon divorce, je n’avais plus de contraintes. Pourquoi lutter ? Mon seul guide était le plaisir, la recherche de sensations nouvelles. Cela a commencé avec le fils d’une amie en mal de dépucelage et dont j’ai guidé le sexe entre mes jambes en me montrant très douce, pour faire plaisir à sa mère. Puis, ce furent d’anciens amis, des collègues, les rencontres inopinées, délassantes, sans lendemain.

Certains disent que je suis nymphomane. C’est un mot horrible. Un mot de médecin. Je suis seulement le produit de mes désirs. Je me souviens que l’on prêtait à Casanova 122 conquêtes. Et bien, je n’en suis pas encore là !

Propos recueillis par Didier Laurens. 

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.