Jacky Moiffo, journaliste TV à Paris, vit entre indignation et incompréhension. Il est sans nouvelle de son frère, Félix, parti du Cameroun pour la France. Félix est retenu comme esclave en Lybie. Dans "Ils ont vendu mon frère" (Fauves Editions), il raconte son histoire qu'il livre aussi à Planet.
IllustrationIstock

Ils ont vendu mon frère : réduit en esclavage en Libye

Cela faisait des mois que je vivais dans le déni. Mais lorsqu’en novembre dernier je suis tombé sur les images de CNN sur lesquelles nous apprenions l’existence de marchés aux esclaves en Libye, la réalité m’a rattrapé de plein fouet. Là sur cette vidéo, j’y ai aperçu mon frère, Félix, enchaîné, amaigri et affaibli. Ma famille m’avait pourtant prévenu quelques mois avant. Une rançon avait même été demandée par les ravisseurs. Je ne voulais pourtant pas y croire. Je me disais, certainement pour me rassurer et pour ne pas affronter la dure vérité car j’en avais honte, qu’il était juste parti quelques mois et qu’il reviendrait. Mais à la vue de ces horribles images, je suis resté figé.

A lire aussi :TEMOIGNAGE – "J’ai 31 ans d’écart avec celle qui partage ma vie"

Ils ont vendu mon frère : il fallait agir, il fallait parler !

Comment, moi, qui ait également été victime des travers de l’immigration et de l’abus de pouvoir de certains représentants de l’ordre des terres dîtes d’accueil, je n’avais pas pu éviter cela aux miens ? Moi qui sait à quel point il est difficile de se faire une place en France, comment n’ai-je pas pu les prévenir ? Avec Yannick, qui avait écrit et partagé un long article à ce sujet sur les réseaux sociaux, nous avons décidé, après réflexion, de sensibiliser les gens à "la cause des Félix." Car tant que nous n’en parlons pas, le problème n’existe pas ! A travers le livre que nous avons écrit, nous évoquons ce que peuvent vivre les migrants : le long et périlleux parcours qu’ils endurent parfois pendant des années, au risque d’y perdre la vie. J’y raconte ma propre histoire et celle de mon frère pour avertir les candidats à l’exil.

Ils ont vendu mon frère : comment a-t-on pu en arriver là en Libye ?

J’indexe directement l’Occident, car il est en partie responsable de ce qui passe en Afrique. Il faut une prise de conscience collective des sociétés ainsi qu’un alignement entre la diaspora et les locaux pour arrêter d’accepter l’inacceptable. L’Afrique doit être une opportunité pour les Africains eux-mêmes. Pour que cela devienne réalité, une révolution culturelle doit être mise en place car dans ce cas précis, les esclavagistes ne sont pas des "Gaulois". Le peuple Africain a renoncé à sa capacité à dire NON !

Ils ont vendu mon frère : pour amener le changement, il faut consolider les structures et en finir avec les dictatures

Il faut construire de véritables Etats de droits. Pour tenter de faire bouger les choses, avec l’aide de l’association CL2P (Comité de Libération des Prisonniers Politiques au Cameroun), j’ai adressé différents courriers à des personnes hauts placés. Réponse obtenue ? Zéro ! On a l’impression qu’il règne une forme d’omerta sur tout ce qui touche à l’Afrique. Nous avons lancé un appel à Jean-Jacques Bourdin pour venir témoigner dans son émission sur RMC il a y a quelques temps déjà. Il n’y a jamais donné suite.

Ils ont vendu mon frère : beaucoup d’associations et d’ONG se mobilisent, mais pas les médias

Malgré tout, je garde espoir de retrouver mon frère. Je sais au fond de moi qu’il est en vie, et je continuerai à me battre et à éveiller les consciences pour le retrouver.

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.