La notoriété de Bernard Tapie et de Nicolas Sarkozy a été utilisée par des escrocs. Leur nom se retrouve associé à une arnaque de grande ampleur...
AFP

Leur nom mêlé à une arnaque : Bernard Tapis utilisé dans des publicités mensongères

A la recherche d’un bon placement dans la crypto-monnaie, le nom d’une personnalité comme gage de confiance peut rassurer de nombreux investisseurs. Des escrocs l’ont bien compris et n’ont pas hésité à usurper l’identité de Bernard Tapie ou Nicolas Sarkozy dans des publicités ou articles mensongers louant des sites frauduleux de cryptoactifs, révèle Les Echos.

"Enfin guéri du cancer, Bernard Tapie vient d’annoncer qu’il s’apprête à investir 30 millions d’euros dans une société de crypto-monnaie", "Bernard Tapie dévoile son secret pour faire fortune rapidement", voici les types de messages frauduleux que l’on peut rencontrer sur des sites reconnus tels que Coindesk ou CCN. L’avocat de Bernard Tapie a indiqué au journal économique que son client va déposer plainte et qu’il s’agit bien d’une fraude.

A lire aussi :  Gigantesque arnaque à 20 millions d'euros : des victimes enfin indemnisées

Leur nom mêlé à une arnaque : Nicolas Sarkozy cité dans un faux article

Ces encarts publicitaires trompeurs ont été réalisés par la société Crypto Suisse Capital. Cette dernière a été inscrite sur la liste noire de l’Autorité des marchés financiers français (AMF). La société n’est pas à son coup d’essai dans l’utilisation de nom connu. Selon Les Echos, elle a également fait référence à Nicolas Sarkozy dans un faux article posté sur Internet.

"560.000 Français quittent leur emploi après que Nicolas Sarkozy a investi dans la société Crypto France Capital", y est-il écrit. Le papier indique que l’ex président aurait investi plusieurs millions d’euros dans les crypto-monnaies. Une information démentie par l’attachée de presse de l’ancien chef de l’Etat niant tout lien avec cette société.

Depuis le début de l’année, plus de 700 épargnants ont été floués par ce type de faux sites de ventes de bitcoin et autres crypto-monnaies, précise Les Echos. Selon l’AMF, le montant du préjudice subis par ces Français s’élevait à 31 millions d’euros fin août. Le journal détaille que la perte médiane est en constante augmentation passant de 5 000 euros en janvier à 24 000 euros fin août.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.