Jeudi dernier, Fleur Pellerin est tombée des nues lorsqu'elle a appris son éviction du ministère de la Culture. Depuis, elle réagit sur les réseaux sociaux. 
©AFPAFP

Quelques jours après l'annonce de son départ forcé du gouvernement, l'ancienne ministre de la Culture Fleur Pellerin réagit sur Twitter.

Elle répond entre autres à l'émission de Canal Plus, Le Grand Journal qui avait anticipé avec humour son probable licenciement quelques heures avant le remaniement. Dans un reportage, le journaliste Cyrille Eldin s'était adressé à elle en disant : "Vous avez l'air un peu perdue, là, comme si vous aviez été remaniée !". Elle apprendra ensuite son éviction par un coup de fil du président. Humilée, l'ancienne ministre a réagi sur Twitter en ironisant sur le reportage : "Merci pour votre infinie délicatesse. Cette séquence était un indispensable et édifiant décryptage de l'actualité !".

A lire aussi : Remaniement : Fleur Pellerin en larmes à l’annonce de son éviction

Humiliée, Fleur Pellerin multiplie les messages subliminaux 

Samedi, on pouvait lire sur sa page officielle une citation shakespearienne : "Imagine que tout ce que ton âme chérit se trouve là où tu vas, et non là d'où tu viens". Une référence subliminale à son départ du gouvernement ? Le lendemain, Fleur Pellerin partageait aussi qu'elle avait dansé "un petit rock" sur la chanson Respect d'Aretha Franklin, "Tout ce que je demande, c'est un peu de respect", tels sont les mots que l'ancienne ministre a dédié à son équipe trois jours après le remaniement orchestré par François Hollande. 

Elle a poursuivi avec un second tweet : "Les amis ! Arrêtez de voir des messages subliminaux partout" en ajoutant cette fois-ci la chanson I will survive de Gloria Gaynor.

Plusieurs fois épinglée pour ses bourdes médiatiques, l'ex-ministre se défend aujourd'hui retweetant des références à son "passé mélomane".

Jeudi dernier, Fleur Pellerin a appris qu'elle faisait partie des "remerciés" du gouvernement seulement 45 minutes avant l'annonce officielle. Surprise, l'ancienne ministre aurait très mal pris cette décision et aurait fondu en larmes à l'annonce de son éviction. Selon RTL, elle aurait même failli s'évanouir. Il faut dire que la ministre s'apprêtait à défendre un texte devant le Sénat lorsqu'elle a appris son éviction.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : La Française des jeux enclenche officiellement son processus de privatisation