Peu de temps après le séisme qui secouait la région de Montélimar, la terre a de nouveau tremblé, à Strasbourg. Ce second sinistre, cependant, pourrait être dû à une activité humaine… Explications.

"Il y a eu un gros 'boum' et l'immeuble a vibré", raconte un Strasbourgeois, qui travaille près de la place Kléber dans les colonnes du Huffington Post. "Ca a vibré pendant bien 5 secondes et les verres sur la table ont tremblé", avance une autre, qui se trouvait en plein centre-ville au moment de l'incident qui a secoué toute la ville : un tremblement de terre de magnitude 3,3, survenu le mardi 12 novembre à 14h38, comme le détaille le Réseau national de surveillance sismique de Strasbourg (RéNaSS).

Si le centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (CODIS) du Bas-Rhin recense "une cinquantaine d'appels" dans les minutes qui ont suivi l'événement, aucun blessé n'est à déplorer a déclaré la préfecture.

Ce que ce séisme a d'étonnant, cela étant, c'est qu'il s'agit potentiellement d'un "événement induit", note France 2. Cela signifie qu'il pourrait avoir une origine humaine. "C'est en tout cas l'hypothèse avancée par les sismologues de l'Institut de physique du globe de Strasbourg (IGPS)", explique en direct la journaliste Caroline Arnold qui couvre la situation pour la chaîne d'information.

Séisme à Strasbourg : quelle est l'opération qui aurait pu provoquer un tel sinistre ?

"Il est tout à fait possible que ce séisme ait été provoqué par des activités de géothermie", explique Jérôme Van der Woerd, chercheur à l'IGPS pour l'AFP. De telles opérations ont effectivement eu lieu à quelques kilomètres au nord de Strasbourg, à Reichstett. D'autres éléments renforcent cette théorie, comme la localisation de l'épicentre. Ce dernier "est situé dans une zone de profondeur de 6 km, tout à fait relation avec les zones de géothermie", poursuit le chercheur.

"C'est un scénario déjà observé ailleurs, notamment il y a une dizaine d'années dans la ville suisse de Bâle", précise d'ailleurs Caroline Arnold.

Une piste que réfute cependant la société en charge de ces opérations. "L'entreprise mise en cause assure que le site de forage était à l'arrêt depuis cinq jours", précise la journaliste. Sans oublier de rappeler que "l'Alsace, située sur la faille rhénane, est connue pour sa sismicité".

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.