L'islamiste dénonce des conditions de vies carcérales très dures

Le 6 avril 2018, le djihadiste a dénoncé ses conditions de vie carcérales très dures : "A être surveillé 24 sur 24, je ne suis pas bien. J'ai des procès qui vont arriver, il faudrait que je sois dans un état souverain […] J'ai besoin qu'on me retire les caméras, c'est tout", relaie Le Parisien

Il se décrit comme "maltraité" et demande que tout cela cesse. Il ajoute : "Je suis Abdeslam Salah. Je ne représente pas un danger. Je vous demande de me libérer en attendant mon procès." Et le terroriste de conclure : "J'ai juste une chose à ajouter, je pense que je ne suis pas un lâche, mais je pense que vous l'êtes".

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.