Une scène choc ! Un petit garçon de 10 ans s'est retrouvé face à un voleur alors qu'il s'apprêtait à mettre son pyjama. Le cambriolage s'est produit ce jeudi 4 juillet, à Plérin près de Saint Brieuc en Côtes d'Armor.
IlustrationIstock

"Il y a quelqu'un en bas!" Ce jeudi 4 juillet, vers 22 h 45, un jeune homme de 22 ans s’est introduit dans une maison sécurisée, en bord de mer à Plérin. Dans une chambre au rez-de-chaussée, il s’est retrouvé face à un enfant de 10 ans. Le garçon a alors immédiatement  alerté son père et sa grande sœur âgée de 18 ans. 

En entendant les cris, le voleur présumé Mohamed Ainine prend la fuite et se dirige vers une Citroën saxo où ses complices, un autre homme et une femme, l’attendaient. Après une poursuite, la soeur tente de prendre en photo la plaque d’immatriculation. C’est alors que le voleur lui donne un coup de pistolet électrique à la tête, après lui avoir demandé de ne pas appeler la police. Aucune blessure grave n'est à signaler. Le cambrioleur laisse son butin au pied de la voiture et laisse tomber son portable avant que celle-ci ne démarre à vive allure d'après Ouest France.

L’homme a été rapidement identifié. Il a été interpellé le lendemain soir, à proximité de la voiture, dans une rue de Saint-Brieuc.

Mohamed Ainine nie les faits

Lors de l’audience des comparutions immédiates à Saint-Brieuc ce lundi 8 juillet, le procureur Antoine Loussot a dénoncé sèchement cet acte. Il ajoute que l’homme "n’a aucune morale" et qu’il a "violé l’intimité" des victimes selon Ouest France.

Pourtant, Mohamed Ainine nie les faits devant ses juges. "J’ai un enfant de 11 mois, jamais de ma vie j’irais faire quelque chose de pareil". Mais pour le procureur du tribunal correctionnel de Saint Brieuc, de nombreux éléments le condamnent. De même, les victimes l’ont formellement reconnu sur une planche photo où ils distinguent le T-shirt du coupable porté le soir même du cambriolage. Les complices n’ont quant à eux, pas été retrouvés.

Deux ans de prison dont 15 mois ferme

Mohamed Ainine avait été condamné pour des délits mineurs liés à la consommation de cannabis dans le passé. Ce lundi 8 juillet, il a été écopé de deux ans de prison, dont 15 mois ferme. Il est à la maison d’arrêt de Saint-Brieuc depuis dimanche.