Le propriétaire d'un laboratoire comparaîtra devant la justice de son pays le 21 octobre prochain. Il sera jugé pour des actes de barbarie d'une violence inouïe.
IllustrationIstock

Une histoire digne des pires films d'horreur. Stephen Gore, propriétaire d'un "Centre des ressources biologiques" dans l'Arizona (Etats-Unis), comparaîtra devant la justice de son pays le 21 octobre prochain. Il est accusé d'avoir fait commerce de parties de corps humains, révèle Le Figaro.

Tête coupée et glacières remplies de membres

En 2014, le FBI soupçonne déjà l'individu de participer à un trafic. Ils décident de perquisitionner son laboratoire, et découvrent une scène d'horreur au-delà de leur imagination. "J’ai vu un torse auquel avait été cousue une tête, à la manière du monstre de Frankenstein", confie l’ancien agent du FBI Mark Cwynar, présent au moment des faits. Un témoignage parle d'une tête de femme cousue sur un torse d'homme. "J’ai vu des membres empilés les uns sur les autres, sans indication permettant de les identifier", poursuit Cwynar. Selon lui, le FBI est également tombé sur des "glacières remplies de bras et de jambes", sur un "seau contenant des parties génitales d’hommes", et sur des "têtes infectées". Des scies à métaux et à chaînes auraient servi à découper les cadavres.

J’ai vu un torse auquel avait été cousue une tête, à la manière du monstre de Frankenstein

Ces membres humains étaient ensuite revendus. Le savant fou avait d’ailleurs mis en place une grille tarifaire :

  • 2 900 dollars (2 600€) pour un corps sans tête
  • 1 100 dollars (990€) pour une jambe
  • 950 dollars (850€) pour une colonne vertébrale
  • 400 dollars (360€) pour un bassin

Des membres parfois achetés par des instituts de recherche, et même par le Département de la Défense américain, selon CNN. "Ces corps ont littéralement été utilisés comme des mannequins de crash-tests : ils ont subi des impacts, des chocs, des blessures par balles et par explosion", peut-on lire dans le compte rendu de la plainte.

Dans la plupart des cas, les plaignants ignoraient que les corps de leurs proches seraient utilisés à des fins scientifiques. "C’est une histoire d’horreur. C’est incroyable. Cette histoire est incroyable !", a déclaré au micro de CNN Troy Harp, qui avait fait don des corps de sa mère et de sa grand-mère au centre. Il espérait ainsi faire avancer la recherche médicale, mais ignorait que les corps seraient atrocement mutilés, puis vendus.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.