Après 6 mois de mandat, les députés français pourraient bénéficier d'une retraite à temps plein, expliquent certains internautes. Une fake news de plus sur un sujet pourtant très sensible...

Six mois mois de mandature pour une retraite à taux-plein ? De quels privilèges bénéficient les députés

Quasi-gel des pensions, hausse - et annulation partielle - de la CSG, âge-pivot… La retraite fait partie des sujets sensibles auxquels le gouvernement s’est attaqué. Cela fait des mois déjà que Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme y travaille. Il n’empêche, rapporte le quotidien 20 minutes, les Françaises et les Français demeurent méfiants. Preuve en est : certains internautes partagent sur les réseaux sociaux d’étonnantes publications. Ces dernières affirment en effet qu’un député n’aurait besoin de siéger à l’Assemblée nationale que six mois durant pour bénéficier d’une retraite à taux plein, quand il faudrait attendre l’âge de 64 ans pour le reste des citoyens....

Il s’agit, rappelle le journal gratuit, d’une fake news pure et simple. Depuis le début de l’année dernière, les parlementaires ne bénéficient plus du régime spéciaux qui était auparavant le leur et qui ne correspondait déjà pas à ce qu’affirme la publication facebook. Si, en 2013, le régime des députés et du personnel engagé par l’Assemblée était l’un des plus coûteux de France, ces derniers devaient tout de même cotiser 31 ans avant de pouvoir prétendre à la pension publique apparentée à la retraite. Dorénavant, comme le précise le site du Palais Bourbon - dont 20 minutes reprend les informations - l’âge d’ouverture des droits à une pension pour un ancien député s’établit à 62 ans.

“La réforme du régime de pension décidée par le Bureau le 8 novembre 2017 a conduit à supprimer le régime complémentaire facultatif, à réduire la base de cotisation et de liquidation de la pension et à aligner le régime des bonifications familiales sur celui du droit commun de la fonction publique”, peut-on lire sur le site officiel de l’Assemblée nationale.

Au total, le montant brut de l’indemnité à laquelle peut prétendre un ancien élu ayant siégé au parlement s’élève à 7 239,91 euros mensuels.

Par ailleurs, il importe de rappeler que l’âge légal de départ à la retraite en France est fixé à 62 ans. Cependant, il faut cotiser jusqu’à 67 ans pour obtenir, en toutes circonstances, un taux-plein.

Retraite des députés : un régime basé sur celui des fonctionnaires est-il forcément avantageux ? 

En pratique, comme l’avait déjà expliqué Planet, le régime de retraite de la fonction publique est loin d’être aussi avantageux que l’on pourrait parfois le penser.

Actuellement, la moyenne retenue pour calculer le montant de l’indemnité perçue est calculée sur les six derniers mois d’exercice, contre les 25 meilleures années pour le privé. Cependant, parce que les modalités de calcul ne prennent pas en compte les primes que reçoivent les agents de la fonction publique, ces derniers se retrouvent sensiblement désavantagés.

Les fonctionnaires, comme les salariés du privé doivent attendre 62 ans pour partir légalement à la retraite. Quoiqu’il existe évidemment des moyens de partir plus tôt, dans le privé comme dans le public.

Le privé est également avantagé en matière de validation de trimestre, particulièrement dans le cas de temps partiels. Un fonctionnaire ne pourra compter que sur deux trimestres validés en cas de mi-temps. Il en va de même pour tous les avantages liés aux enfants, puisque les majorations accordés aux travailleurs et aux travailleuses du privé sont plus importantes...

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.