Dans son avis du 12 janvier dernier, le Conseil scientifique dresse plusieurs scénarios pour limiter la circulation du Covid-19. Parmi eux, celui d'un confinement des régions à risque.
Régions confinées, déplacements limités… Quels scénarios si l'épidémie s'accélère ? Olivier Véran, ministre de la SantéAFP

"Nous pouvons encore nous donner une chance d’éviter le confinement". C’est par ces mots que Jean Castex a pris de court les Français vendredi 29 janvier en annonçant de nouvelles restrictions, mais pas une troisième mise sous cloche du pays. Le Premier ministre a pris la parole à l’issue du Conseil de défense, ajoutant que "les prochains jours" seraient "déterminants" et que de nouvelles mesures pourraient être prises en cas d’aggravation de la situation sanitaire.

Covid : le couvre-feu va-t-il suffire ?

Pour l’heure, les indicateurs sur l’épidémie semblent avoir atteint un plateau et le taux d’incidence commence à diminuer dans une quarantaine de départements. La pression hospitalière est moins forte qu’au moment de la première ou de la deuxième vague, mais ce n’est pas pour autant que nous sommes tirés d’affaire. Il y a bientôt trois semaines, le 16 janvier dernier, le gouvernement s’était appuyée sur une proposition du Conseil scientifique en élargissant le couvre-feu à 18 heures dans l’ensemble de l’Hexagone.

Dans son avis transmis au gouvernement le 12 janvier dernier, et rendu public par la suite, l’instance présidée par Jean-François Delfraissy dresse quatre scénarios de mesures de contrôle, qui pourraient être envisagées. L’exécutif a donc choisi le premier, qui consiste à "installer un couvre-feu national généralisé à partir de 18 heures", sans aucune autre restriction pour le renforcer. Trois autres scénarios sont également envisagés par l’instance, sur lesquels le gouvernement pourrait se baser en cas de reprise brutale de l’épidémie. Parmi eux, un reconfinement régional...

Débarrassez-vous des moustiques avec la lampe Vortex

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.