Que vaut un régime anthropophage en matière nutritive ? La salive nettoie-elle vraiment les surfaces sales ? Autant d’études complètement improbables qui ont pourtant été récompensées.

Istock

Un régime cannibale est-il équilibré ?

Improbable. C’est le qualificatif qui correspond aux étud es qui vont suivre mais c’est aussi le nom d’un magazine  qui les récompense chaque année lors d’une cérémonie Anti-Nobel. La 28e édition s’est ainsi déroulée à Harvard cette semaine, l’occasion de remettre des prix dans une dizaine de catégories.

N’en déplaise aux végétariens et végans, dans la catégorie nutrition, c’est une étude sur le cannibalisme qui a été récompensée. Le chercheur James Cole s’est ainsi posé la question des apports caloriques d’un régime anthropophage face aux autres régimes traditionnels qui comprennent de la viande.

Publicité
Son étude parue en avril 2017 stipule que la pratique cannibale au paléolithique est restée exceptionnelle mais que quand elle s’est manifestée c’était essentiellement pour des raisons nutritionnelles et non rituelles. Elle se penche notamment sur les calories que contient un corps humain : plus de 140 000 pour un homme adulte de plus de 18 ans. Un chiffre conséquent mais minime, explique James Cole, au regard de la faune environnante, de l’énergie dépensée à chasser la proie et aussi de la répartition de la viande.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité