Sommaire

"Je réalise que ma vie ne m’appartient pas vraiment"

Ma connaissance d’informations extra-confidentielles comme les dossiers médicaux de la présidence ne rassure pas les autorités. Lorsqu’on me contacte en 1996, pour me rendre auprès de Boris Eltsine, alors président de la Fédération de Russie, malade en période de nouvelles élections, tout bascule à nouveau. On me demande poliment d’intégrer un des trois nouveaux services qui remplacent le KGB.

Je réalise que malgré mes conditions matérielles incroyables par rapport au reste de la population, ma vie ne m’appartient pas vraiment. Je ne suis qu’un chiffre.

C’est ainsi que je me brouille avec le régime et le service d’espionnage. Je décide donc de faire mon coming out officiel en décembre 1997. Un nouveau scandale éclate !

"Je révèle mon identité au grand jour en entamant une procédure inédite"

Mon passé me pèse de plus en plus. Pour me libérer de mon ancienne appartenance aux services d’espionnage et me débarrasser de mon lourd secret d’ancien espion du KGB, j’initie devant les autorités du SVR une procédure inédite : je leur réclame une remise en mains propres de mon diplôme de l’École supérieure Andropov du KGB, chose qu’il refuse.

Mon identité est donc révélée au grand jour. Le dossier prend de l’ampleur et ma sécurité n’est plus optimale. Les procédures pénales et civiles s’enchainent.  Avec l’arrivée de Poutine en 2000, les choses s'empirent et je suis obligé de fuir la Russie. Je m’installe alors en France en 2001 et en 2002 je demande le statut de réfugié politique. Après presque 3 années de riposte de la part des Français et une bataille administrative, je l’obtiens en 2004.

Voici comment je suis devenu le seul espion russe officiellement reconnu en France. Je réside depuis dans les Alpes et vis du journalisme et du conseil. Mon parcours, à la fois trépidant et semé d’embûches, a ruiné toute une partie de ma vie. Je pense par ailleurs être sur écoute certainement pour le restant de mon existence.

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.