Sommaire

"En 1991, j’infiltre l’ENA"

Le loup entre dans la bergerie. En 1991-1992, je suis le premier soviétique admis et boursier du gouvernement français, à effectuer ses études post-universitaires à l’École nationale d’administration (ENA) formant les élites politiques, administratives, diplomatiques et économiques françaises. J’y ai croisé entre autres, Valérie Pécresse, l’actuelle présidente de la région Ile-de-France.

Ma mission secrète ? Rapporter de l’intérieur ce qu’il s’y passe, en éplucher le fonctionnement (détail de la scolarité, organisation, localisation des sites), effectuer un rapport sur les élèves et le corps enseignant, me faire des contacts, repérer parmi les 3 promotions les étudiants pouvant être intéressés par le KGB pour trahir la France. En somme, recruter de futurs espions pour mon pays.

Les sources étaient inépuisables puisque j’avais également accès à l’association des anciens élèves de l’ENA. Les services français de contre-espionnage n’y ont vu que du feu. Ils pensaient simplement que j’étais un brillant journaliste de la télévision soviétique alors que j’étais en réalité un agent spécial du KGB infiltré.

"En 1991, j’infiltre l’ENA"© Serguei Jirnof

"La tentative de putsch contre Gorbatchev signe la fin de ma carrière au KGB"

En 1991, le putsch contre Gorbatchev, dans lequel le KGB était impliqué, échoue. Le parti communiste est alors interdit et le KGB dissout. En décembre 1991, l’URSS se disloque. C’est ainsi que je donne ma démission et passe dans la réserve militaire normale, rattachée au Ministère de la Défense de Russie. Après 8 ans au service d’espionnage, je rejoins définitivement la vie civile et travaille comme journaliste télévisuel, enseignant et consultant international libéral entre la Russie, la France et la Suisse auprès d’anciens oligarques… Or, ma position d’électron libre ne plaît guère.

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.