Littéralement saccagés ! Déjà nombreux, les actes de vandalisme envers les radars ont, depuis le lancement du mouvement des Gilets Jaunes, explosé. Près de 60% d'entre eux seraient aujourd'hui hors service. Une note très salée…

Radars cassés et PV manqués : ces flash inutilisables qui font défaut à l’Etat

Autre élément qui pèse lourd sur la balance des pertes, les PV non envoyés.

Si l’on se base sur les données fournies par la Sécurité routière, en 2017, chaque cabine automatique s’est déclenchée pour excès de vitesse 17 517 fois, pour plus de 26,1 millions de photos au total. Pourtant, seuls 17 millions d'avis de contraventions ont été envoyés. C’est toutefois 6,1% de plus qu’en 2016.

Publicité

Comme le notifie Challenges, à partir de ces éléments on peut alors évaluer la perte de ces recettes. Si l’on prend en compte le montant de l’amende le plus faible (68 euros pour un excès de vitesse de moins de 20km/h) et les 60% de radars hors service, on atteindrait alors un manquement de 193,12 millions d'euros sur deux mois !

Publicité

Un chiffre qui peut évoluer en fonction du montant du PV, du nombre de cabines hors service et de la durée de leur incapacité.

Une situation qui semble profiter aux chauffards… Selon le délégué interministériel de la Sécurité routière, Emmanuel Barbe, les excès de vitesse ont en effet augmenté de 20% en décembre dernier.

Car bien qu’illisibles et inexploitables, les clichés pris par un objectif calfeutré (par une bâche ou de la peinture) parviennent tout de même à l'Agence nationale de traitement automatisé des infractions de Rennes (ANTAI).