Naomi Seibt : "Je suis naturellement devenue une climatosceptique"

Selon le Washington Post, la jeune femme serait proche du parti d’extrême droite allemand Afd et assumerait des positions conservatrices sur l’immigration, le féminisme ou encore le droit à l’avortement. Comme le rappelle Ouest-France, elle a accédé à la notoriété en marge de la conférence pour le climat Cop25 de Madrid. Mais c’est surtout sur YouTube qu’elle s’exprime. "Le monde n’est pas en train de mourir à cause du changement climatique", explique-t-elle à ses abonnés, les invitant à "ne pas croire tout ce que les médias grand public disent". Elle oppose l’alarmisme climatique au réalisme climatique et se revendique de ce deuxième mouvement de pensée.

A ceux qui lui feraient des reproches, elle répond : "J’ai toujours aimé la science, donc je suis naturellement devenue une climatosceptique". Dans un entretien vidéo, elle explique : "Je suis devenue sceptique en 2015. Pas vraiment à propos du changement climatique, mais concernant la crise migratoire". Elle se montre très critique à l’égard de ceux qui souhaitent sensibiliser le monde au réchauffement climatique, estimant que "le but est que l’humanité ait honte. Que l’on soit amené à regarder ce qu’on a fait avec dégoût". Si elle s’oppose frontalement à Greta Thunberg, elle refuse la nouvelle étiquette que certains lui collent.

Ce gonfleur que tout le monde s’arrache est en solde ! Utilisez le code SOLDES30 !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.