La duchesse tenait à ce que son cœur soit rapatrié à Nantes. Cet objet symbolique a fait l'objet d'un vol pour le moins inattendu.
AFP

Un cambriolage invraisemblable s’est déroulé un petit matin d’avril 2018 au Musée Dobrée. Quatre jeunes hommes, âgés de 21 à 26 ans ont dérobé le "cœur" d’Anne de Bretagne, ainsi qu’une statuette hindoue dorée et des pièces d’or, rapporte Le Figaro.

Les gardiens du musée n’ont pas donné immédiatement l’alerte, alors que les systèmes de sécurité s’étaient pourtant déclenchés. Le vol a été constaté le lendemain matin par des employés du musée. Les vidéos des caméras de surveillance ont permis de découvrir la scène.

Tous originaire de Saint-Nazaire

L’enquête a progressé rapidement. En effet, deux des cambrioleurs ont été arrêtés quelques jours après le vol. Les objets dérobés seront retrouvés dans un bidon, enterrés dans un bois, à proximité de Saint-Nazaire. La voiture qui a servi au vol, a été retrouvée quelques kilomètres plus loin, brûlée. Quelques mois plus tard, deux autres complices seront arrêtés et placés en détention provisoire.

Les quatre compères ont vécu dans le même quartier de la ville de Saint-Nazaire, et n’en sont pas à leur coup d’essai. En effet, ils ont tous déjà été condamnés pour vol. Pour autant, seul l’un d’entre eux a reconnu les faits et n’a pas précisé qui étaient ses complices, qui eux, ont niés les faits.

"Qu'on soit amateur ou grand bandit, je pense que n'importe qui serait attiré par un objet comme ça"

Ce jeune homme qui se désigne comme étant le seul responsable de ce rapt a joué la carte de l’amateurisme.

"Je suis un fanatique de jeux vidéo. Ça m’a donné envie d’essayer. Je n’avais pas trouvé d’acheteur. Ça prouve que ce n’était vraiment pas un truc ficelé", déclare-t-il pour se défendre. "Qu'on soit amateur ou grand bandit, je pense que n'importe qui serait attiré par un objet comme ça", ajoute-t-il.

Mais un élément est venu contredire sa version des faits. "Il a dit qu'il y avait un magot à prendre et qu'il fallait bien travailler le coup", avoue l’un de ses complices. Celui-ci avait d’ailleurs tourné trois semaines plus tôt une vidéo, officiellement pour " illustrer un devoir d’histoire-géographie ", relate FranceInfo. Tout cela pour la somme de 1000 euros. "C’est beaucoup pour un devoir d’histoire-géo, non?", affirme la présidente du tribunal.

Les quatre voleurs ont comparu lundi 27 mai devant le tribunal correctionnel de Nantes pour "vol d’un bien culturel" et "participation à une association de malfaiteurs". L’instigateur du vol a été condamné à quatre ans de prison, le second à trois ans. Le troisième a écopé de 30 mois de prison pour "vol aggravé " et le dernier lui, a pris 18 mois pour "recel de vol aggravé".

Vidéo en lien avec le sujet : Une femme dévalise une boutique de luxe avec un faux ventre de grossesse

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.