Depuis de longues semaines, la maladie se répand sur le pays, qu'Emmanuel Macron a décidé de mettre sous cloche. Certains soignants craignent la troisième vague qui se prépare. Une infirmière nous explique de quoi il s'agit et pourquoi cela l'angoisse.
Qu'est-ce que c'est que cette vague 3 qui inquiète tant les infirmiers ?IllustrationIstock

Les témoignages se multiplient. Dans toute la presse, de nombreux soignants disent les conditions très difficiles de leur travail, la boule qui leur serre le ventre et la crainte qu'ils ont de potentiellement ramener le coronavirus Covid-19 chez eux. De contaminer leurs proches ou de mettre en dangers certains de leurs patients...

Depuis les débuts de l'épidémie, qui a nécessité la mise en place d'un confinement et engendré des couvre-feu dans plusieurs villes de France, le corps médical est particulièrement mobilisé, rappelle Le Parisien qui rapporte les propos de plusieurs des membres qui le composent. "On a tous nos petits trucs pour tenir. On n'est pas des surhommes, pas des super-héros. On fait juste ce qu'on sait faire", explique l'un d'entre eux, que le quotidien a renommé Paul.

Ce dernier craint venir l'implosion. Il explique ne dormir que quelques heures par nuit... Quand il dort. "On va tous craquer", affirme-t-il.

Des angoisses compréhensibles, estime l'infirmière qui a choisit Planet pour confier ses propres inquiétudes. Et pour cause ! Elles rejoignent les siennes. La soignante, qui officie dans un hôpital du Grand-Est particulièrement touché par le coronavirus de Wuhan (Chine) a préféré rester anonyme. Mais elle tenait à parler de la troisième vague, qu'elle redoute dès à présent.

C'est quoi la troisième vague ?

"Ce sera l'épuisement de l'hôpital", prévient d'entrée de jeu la trentenaire. "C'est ça la vague trois. Le moment où on va tous s'écrouler", précise-t-elle encore, non sans expliquer qu'elle craint ce moment peut-être davantage que les deux premières vagues de coronavirus. "Pour le moment on travaille sous adrénaline", souligne-t-elle, comme pour dire que tout pourrait bientôt changer.

"Quand ce sera terminé, une fois que l'épidémie aura pris fin, nos supérieurs nous demanderont de reprendre notre travail habituel comme si de rien n'était, parce que les gens seront encore malades après le coronavirus. Ça va être très dur parce qu'aucun d'entre nous n'aura eu le temps de se reposer...", décrit-elle, la voix fatiguée.

Elle n'est d'ailleurs pas la seule à nourrir cette appréhension. "Je n'ai pas beaucoup eu l'occasion d'en discuter avec mes collègues, mais je sais que ma supérieure n'en pense pas moins. Il ne nous sera pas possible de reprendre comme si rien ne s'était passé", détaille-t-elle, non sans parler de l'anxiété qui ronge ses collègues.

Ce gonfleur que tout le monde s’arrache est en solde ! Utilisez le code SOLDES30 !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.