Au cours d'une soirée arrosée, quatre fonctionnaires de police auraient proposé à une touriste canadienne de visiter les locaux du "36". C'est là que la femme aurait été violée par les policiers. Suite à un dépôt de plainte, l'enquête a été confiée à l'IGPN.
© AFPAFP

 © AFP

Suite à la plainte d’une femme d’origine canadienne, quatre fonctionnaires de police viennent d’être placés en garde à vue, soupçonnés de viol d'après une information du Point. Le parquet a confirmé l’ouverture d’une enquête. Celle-ci a été confiée à l’IGPN (l'Inspection générale de la police nationale), la police des polices.

Une soirée arrosée

Les faits se seraient déroulés dans la nuit de mardi à mercredi. À proximité du célèbre siège de la police judiciaire, la femme a rencontré les quatre policiers dans un pub irlandais. Celle-ci, de passage dans la capitale, se présente alors comme une ancienne fonctionnaire de police canadienne. Détendue, la petite troupe enchaîne les verres. 

À l’issue de cette soirée arrosée, les quatre hommes membres de la BRI (Brigade de recherche et d'intervention) lui auraient proposé une visite des prestigieux locaux. C’est donc dans l’enceinte du 36 Quai des Orfèvres qu’elle aurait été violée.

Une source proche du dossier a indiqué au Point "l'enquête ne fait que commencer et rien ne permet pour le moment d'incriminer les fonctionnaires. Il y a toujours du monde au 36, des faits de ce genre ne seraient pas passés inaperçus".

Selon Le Parisien, les policiers placés en garde à vue seraient un capitaine, un lieutenant, un brigadier et un major. Ces derniers ont affirmé que c’est à la demande de cette touriste de 34 ans qu’ils se sont rendus dans les locaux et nient avoir eu des rapports sexuels avec elle, toujours selon le quotidien. La plaignante a "été récupérée à proximité du 36 par des policiers affectés à la circulation. Elle était dans un état d’hystérie" a confié une source proche de l’enquête au Parisien.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.