Ce n'est pas la première fois qu'Edouard Philippe évoque cette aide, versée à certains Français. Dans une loi qui sera bientôt présentée au Sénat, le gouvernement envisage d'étendre le nombre de ménages concernés.
AFP

Cette nouvelle aide qu'Edouard Philippe veut accorder aux Français : pourrez-vous compter sur le chèque-eau ?

Déjà en 2018, l'exécutif souhaitait venir en aide aux ménages les plus démunis — ceux qui peinent même à payer leur facture d'eau. Le Premier ministre avait donc réfléchi à la mise en place d'une nouvelle prestation sociale visant à lutter contre la précarité de ces Françaises et ces Français. Il souhaitait donc mettre en place un "chèque-eau" en place, à partir de 2019. Edouard Philippe, qui évoquait un financement par les collectivités locales, envisageait un montant annuel de 50 euros environ par famille, rappelle Capital. Pour chaque collectivité, les conditions d'obtention devaient différer.

En pratique, le chèque-eau a bel et bien été mis en place, précise le magazine spécialisé en économie. Il est actuellement en vigueur dans une cinquantaine de villes de l'Hexagone, comme c'est le cas à Rennes (Ille-et-Vilaine) qui fut la première à participer à l'expérimentation. Au total, près de 20 000 personnes en bénéficient depuis le mois de juillet 2018. Le montant versé a d'ailleurs été revu à la hausse puisqu'ils touchent 30 euros par mois. Pour les familles nombreuses, la somme est majorée de 30 autres euros par enfants, à commencer du troisième.

A la rentrée 2019, le gouvernement doit d'ailleurs présenter au Sénat le projet de loi "Engagement et proximité", rédigé et préparé par Sébastien Lecornu, le ministre chargé des Collectivités territoriales. Compte-tenu de ce qui est prévu dans le texte, "les ménages les plus modestes pourraient bénéficier d'une aide sociale pour un meilleur accès à l'eau", écrit Capital, qui compare le mécanisme au "chèque énergie".

En pratique, le projet de loi stipule que "les services publics d'eau et d'assainissement sont autorisés à mettre en oeuvre des mesures sociales visant à rendre effectif le droit d'accéder à l'eau potable dans des conditions économiquement acceptables par tous".

Chèque-eau : qui prendra en compte les coûts ?

Dans les faits, l'exécutif hésiterait encore sur la façon de traiter le problème, précise l'AFP dont les informations sont relayées par le portail Orange. S'il n'opte pas pour un "chèque-eau", le gouvernement pourrait en effet privilégier un tarif social.

Dans tous les cas, quelque soit sa forme, cette nouvelle aide devrait incomber aux collectivités - comme l'expliquait déjà le Premier ministre. Cela relève en effet de leur compétences et c'est pour cela, explique l'AFP, "que la mesure est contenue dans le projet de loi modifiant le code des collectivités territoriales.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :