Le texte prorogeant l'état d'urgence sanitaire au-delà du 24 mai est présenté ce samedi 2 mai en conseil des ministres. Certaines mesures créent d'ores et déjà la polémique.
Privation de liberté, fichage… Que prévoit le texte de prolongation de l’état d’urgence sanitaire ?AFP

L’état d’urgence sanitaire contre le nouveau coronavirus se prolongera bien au-delà du 24 mai. En effet, ce samedi 2 mai, le gouvernement doit officialiser sa prolongation pour deux mois, jusqu’au 23 juillet 2020. Edouard Philippe l’avait annoncé le mardi 28 avril 2020 durant la présentation du plan de déconfinement devant l’Assemblée nationale. Le projet sera examiné au Sénat le lundi 4 mai puis transmis à l'Assemblée nationale. Il devrait être adopté définitivement dans le cours de la semaine prochaine, rapporte BFMTV.

L’objectif du projet est de donner un cadre légal aux mesures adoptées pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. Il prévoit donc de restreindre certaines libertés publiques, comme par exemple celles de circulation.

L’enjeu est de taille puisque différentes dispositions concrètes du déconfinement doivent être précisées : l'isolement des personnes fragiles, la réouverture des écoles, la vente des masques, la création d’un fichage des malades tout comme celles étant susceptibles d’être infectées par le Covid-19.

Prolongation de l’état d’urgence : le texte aurait pu mettre "le bordel dans la majorité et l’opposition"

Avant même sa présentation, l’exécutif a dû revoir sa copie dans les dernières heures. Selon un ministre, en l’état, le texte aurait pu mettre "le bordel dans la majorité et l’opposition". En cause, divers risques d’inconstitutionnalité, indique Le Monde.

Si la prolongation semble unanime, une des modalités fait débat quant au respect des libertés publiques. Elle pourrait en effet déstabiliser davantage l’unité nationale, déjà très affaiblie.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Coronavirus : des patients contagieux encore plusieurs jours après leur guérison

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.