Femme de pouvoir, parfois même appelée "madame la présidente", Brigitte Macron joue indéniablement un rôle dans la politique de son mari. Une action, cependant, qu'elle chercherait à minimiser…
AFP

Brigitte Macron aux manettes ? Comment elle a influencé Emmanuel Macron

"Je veux absolument qu’Emmanuel me nomme un secrétaire d’Etat", confiait Brigitte Macron à l’un de ses proches il y a quelques mois, rappelle le magazine people Gala, qui se base sur les informations du Parisien.

La première dame, qui aurait mené des semaines durant un "lobbying aussi intense que discret" pour la création du secrétariat d’Etat chargé de la protection de l’enfance, a souuvent été accusée de tirer les ficelles. Toujours est-il qu’après les demandes rapportées par le quotidien régional, Adrien Taquet a rejoint le gouvernement. C’était, aux yeux de l’ancienne professeure, le candidat idéal.

Publicité

Ce n’était pas la première fois que l’ancienne amiénoise s'immisçait dans l’action politique - ou au moins dans le plan com - de son mari. En avril 2018, elle a largement contribué à organiser l’interview du président de la République par Jean-Pierre Pernault (TF1).

Publicité

"Brigitte Macron  conseille énormément son époux, et ce n’est pas quelque chose de récent. Depuis 20 ans, elle le guide, elle l’inspire et et elle l’influence. Elle a aussi beaucoup travaillé ses discours", rappelle dans nos colonnes l’autrice Maëlle Brun, qui écrit notamment pour Closer et qui a signé le livre Brigitte Macron, l’affranchie.

Brigitte Macron aux manettes ? Elle tient à minimiser son impact

"Je répercute au président les courriers. Des courriers, j’en reçois énormément", expliquait Brigitte Macron, dans les pages du Télégramme (article abonné), le 11 juin dernier, à Saint-Malo. Elle revenait sur la nomination d’Adrien Taquet au poste de secrétaire d’Etat en charge de la protection de l’Enfance. "Au bout d’un moment, il a bien évidemment compris qu’il fallait un référent ‘enfant’", poursuit-il, parlant de son époux. Selon elle, le président n’aurait pas eu besoin d’elle pour en venir à cette conclusion.

Publicité

"C’est le chef de l’Etat et le Premier ministre qui ont choisi M. Taquet, qui est une personne très active sur le sujet", a-t-elle poursuivi devant les caméras, en réponse aux informations avancées par Le Parisien en janvier, indique Gala. Une façon, souligne le journal spécialisé, de minimiser son rôle réel…