L'application de traçage StopCovid sera-t-elle mise en place lors du déconfinement ? Si rien n'est encore joué, certains Français s'inquiètent.
Pourra-t-on refuser l'application Stop-Covid ?Les Français ne savent pas à quoi s'attendre concernant l'application Stop-CovidIstock

De nombreux citoyens ne font pas confiance aux applications et sites de l’Etat, explique Numerama. Le même phénomène d'inquiétude était apparu lorsque l’attestation de déplacement dérogatoire avait finalement eu droit à sa version numérique sur le site du gouvernement. Cette fois encore, les citoyens doutent et s'interrogent sur le fait de savoir si oui ou non, l’application StopCovid qui permet de tracer les personnes venant de croiser un individu testé positif au coronavirus Covid-19, sera obligatoire. Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, le secrétaire d’État au Numérique Cédric O affirme que "l’installation de l’application doit relever totalement du libre consentement".

Il ajoute toutefois que "chaque téléchargement est une chance de plus d’éviter le redémarrage de l’épidémie". De quoi faire culpabiliser ceux qui ne la téléchargent pas ? Pour le moment, le gouvernement sait parfaitement que l’application est incomplète à elle seule, mais peut tout de même s’avérer utile. Le Conseil national du numérique est d’accord avec cette observation et estime que Stop Covid n’est "qu’une partie de la réponse sanitaire". Il est favorable au projet et à son déploiement dans les jours qui suivront le début du déconfinement.

StopCovid : la CNIL émet des doutes

La CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) quant à elle considère que l’application "peut potentiellement aider", mais doute de sa nécessité. Elle se pose notamment la question de savoir si le gouvernement possède suffisamment "d’éléments pour avoir l’assurance raisonnable qu’un tel dispositif sera utile à la gestion de la crise". La CNIL a d’ailleurs posté un rapport s'intéressant au cas de StopCovid.

"Le volontariat signifie qu’aucune conséquence négative n’est attachée à l’absence de téléchargement ou d’utilisation de l’application", écrit-elle. Elle explique aussi que conditionner l’accès aux tests, aux soins, aux droits de sortie, ou encore à l’utilisation des transports en commun à l’aide d’une application de traçage "constituerait en outre, en l’état du droit et selon l’analyse de la Commission, une discrimination". Pourtant, la CNIL est d’accord sur le fait que Stop Covid peut aider, et ça l’Etat en est même persuadé et souhaite plus que tout que les Français téléchargent l’application. Comment pourrait-il convaincre les Français de la télécharger ?

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Coronavirus : les gels hydroalcooliques sont-ils cancérigènes ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.