Creative Commons
Ce vendredi 24 août, un TGV a déraillé peu avant d'entrer en gare de Marseille-Saint-Charles. Si c'est incident n'a pas fait de blessés, les raisons de cette sortie de voie ne sont pas encore connues. Mais dans l'absolu, quels sont les différents facteurs à l'origine de ce type d'accident ? 

Pourquoi les TGV déraillent : un phénomène rare

LCI a souhaité mettre en exergue les différentes raisons techniques qui peuvent expliquer le déraillement d'un TGV. Sur le papier, une sortie de train se révèle plutôt rare. La chaîne a, cependant, recensé cinq explications survenues jusqu'à présent et ce, depuis que le TGV existe (soit depuis 1981).

A lire aussi : Voici comment sont attribués les sièges dans les TGV 

Pourquoi les TGV déraillent : vitesse et affaissement de voie

En premier lieu, l'une des raisons pouvant être à l'origine d'un déraillement n'est autre que la vitesse dans un virage. Tout du moins, le freinage tardif d'un train peut se solder par une sortie de voie, précise LCI.

Autre justification, lorsqu'un train est lancé à pleine vitesse sur un terrain en proie à de fortes pluies, là encore, un déraillement peut survenir. Tout en sachant que, dans ce cas (une affaire de ce type datant de 1993 en attestant), les circonstances étaient bien spécifiques puisque la voie avait été construite au dessus d'une ancienne galerie datant de la Première guerre mondiale. Et celle-ci n'avait pas été détectée au préalable, poursuit LCI.

Pourquoi les TGV déraillent : objets, défaillance et rail cassé

Parmi les phénomènes recensés pouvant expliquer un déraillement, trois autres explications peuvent êtres envisagées. D'abord : la présence d'objets sur les voies. Dans ce cas, et si le TGV commence à avancer rapidement, il peut également être amené à dérailler.

Les défaillances électroniques sont également susceptibles d'être à l'origine de ce type d'accident. En 1992, les roues d'un TGV étaient restées bloquées après un freinage. Et ce, à cause d'une carte informatique défaillante, souligne LCI.

Enfin, un ultime cas ayant entrainé la sortie de voie d'un train à grande vitesse n'est autre que celui qui est advenu ce jour d'octobre 2001. A l'époque, un rail cassé avait été à l'origine de la sortie de voie des dix voitures composant le TGV en question. Seule la motrice arrière s'était, au final, couchée. Quant à l'accident en lui-même, il avait fait cinq blessés légers.