L'affaire des fraudes fiscales visant les Balkany suit son cours. Dans ce nouvel épisode, le maire de Levallois-Perret justifie ses actes frauduleux par son statut d'élu.
AFP

Affaire Balkany : jugé à cause de son statut d’élu ?

Les épisodes se succèdent dans le feuilleton de l’affaire Balkany. Ce 27 mai, Patrick Balkany s’est encore défendu des faits de "blanchiment de fraude fiscale" pour lesquels il est jugé à Paris. Le maire de Levallois Perret a été interrogé au sujet des montages financiers masquant sa villa Pamplemousse à Saint-Martin, aux Caraïbes.

Selon lui, la qualité d’élus du couple est la raison pour laquelle ils n’ont pas déclaré leurs avoir à l’étranger, indique Ouest-France. Le mis en cause affirme que lui et son épouse, Isabelle Balkany, se sont retrouvés dans des situations "peu agréables pour des élus".

Il a fait référence aux biens situés en France, qui appartiendraient à des sociétés étrangères. L’élu a tout de même déclaré qu’Isabelle Balkany "aurait dû" déclaré la villa Pamplemousse.

"On aurait aimé vivre comme tout le monde, avoir des maisons à notre nom !" a ensuite lancé Patrick Balkany. "Mais une fois que le mal était fait au départ, c’était très difficile de changer en cours de route", a-t-il poursuivi.

Affaire Balkany : des fonds provenant d’affaires familiales ?

L’élu LR de Levallois-Perret affirme que l’argent suisse qui a servi à l’achat des deux villas aux Antilles, via des comptes offshore et des sociétés-écrans n’était "rien que de l’argent familial. Un point c’est tout", relai 20 Minutes.

En outre, la somme grâce à laquelle il a construit la première villa, Serena, en 1989 proviendrait de son père. Ce survivant d’Auschwitz aurait dissimulé sa fortune en Suisse.

Quant à Isabelle Balkany, sortie de l’hôpital ce lundi, elle a reconnu que l’acquisition de la villa Pamplemousse en 1997 s’est effectuée grâce à une somme versée par ses frères et sœurs, en Suisse. Sa famille lui aurait transféré 10 millions de francs en compensation de la vente de l’entreprise familiale, puisqu'elle n’aurait pas bénéficié immédiatement du gros bénéfice.

Vidéo : Emmanuel Macron aurait escroqué un ministre

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.