TÉMOIGNAGES. Le masque a-t-il lassé les Français ? Presque deux mois après le début du déconfinement, certains font de la résistance, le portent moins et ne se sentent pas plus mal. Ils nous expliquent pourquoi leur rapport au masque a changé ces dernières semaines.
Port du masque : "Je suis moins à cheval sur les règles"IllustrationAFP

Il est entré dans nos habitudes, mais pas définitivement. Les Français portent un masque depuis le début du déconfinement le 11 mai. Si certains avaient adopté ce réflexe dès l’arrivée du coronavirus Covid-19 dans l’Hexagone, beaucoup ont attendu les directives du gouvernement pour s’y mettre. Le port du masque est obligatoire dans les transports en commun et dans les lieux où la distanciation physique ne peut pas être appliquée. Certains commerces l’imposent également à leurs clients. Le 11 mai dernier, alors que les Français avaient de nouveau le droit de sortir de chez eux, les masques s’affichaient aussi dans les rues. Désormais, on en croise de moins en moins, même dans les commerces. A la boulangerie, au supermarché, dans les restaurants… De nombreux Français le portent moins, peut-être parce qu’ils se sont habitués à ce que le virus circule parmi la population. 

Masque : "Je le porte quand je n'ai pas le choix"

"Je porte mon masque dès que je suis obligée, j’en ai toujours un sur moi", assure Diane, jeune active vivant en région parisienne. Pourtant, elle l’avoue, ce n’est plus autant qu’avant : "Au début du déconfinement, je mettais un masque dès que je posais un pied dehors, même si je sortais juste dix minutes pour aller chez une amie. Maintenant, c’est que dans les transports et dans les commerces, quand je n’ai pas le choix". Comment expliquer ce changement en seulement quelques semaines ? "Ca s’est fait naturellement de mon côté, mais s’il faut le porter plus souvent alors je le ferais", explique-t-elle, précisant : "Je sais que le virus est toujours là et qu'il faut faire attention, mais je suis moins à cheval sur les règles qu'avant, ça c'est sûr". Moins de peur du virus, le retour à une vie sociale plus active ? "Sans doute un peu des deux", conclut-elle.

Même son de cloche du côté de Guillaume, qui met en avant la hausse des températures pour expliquer son port du masque en dilettante. "Quand j’ai porté mon masque 35 minutes dans les transports pour aller travailler, c’est vrai que je n’ai pas envie de le remettre pour aller acheter ma baguette de pain", explique-t-il à Planet. Un comportement qui s’observe aussi en entreprise…

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !