Certaines plages françaises ont rouvert récemment, mais leur accès est restreint et de strictes mesures sanitaires ont été prises. La Grande-Motte teste actuellement un système de réservation qui pourrait être une solution à l'approche des vacances d'été.
Plage réservée ou sur réservation : comment ça pourrait se passer cet étéLa Grande Motte est la première ville française à tester ce système ©PixabayCreative Commons

Elle est la première ville française à mettre en place ce système. Ce jeudi 21 mai, la Grande-Motte a introduit sa méthode de plage "statique" et partagée, explique Le Figaro. Pour y avoir accès, les citoyens intéressés ont dû réserver en ligne et ce, de façon totalement gratuite, leur emplacement sur le site de l’office du tourisme. C’est ainsi que des dizaines de personnes se sont rendues vers la station balnéaire du bord de la Méditerranée pour profiter du sable et du beau temps. La plupart des plages françaises ont rouvert après la fin du confinement, avec un concept de "plage dynamique".

Plage sur réservation : comment ça marche ?

Cela permet de se balader, de nager, ou encore de pratiquer un sport, mais de ne surtout pas rester immobile. Pour revenir à la Grande-Motte, c’est le maire de la ville, Stéphan Rossignol, qui est à l’initiative du projet, et il a également été autorisé par la préfecture de l'Hérault. C’est une expérience nouvelle pour les citoyens, comme pour les personnes responsables de cette organisation exceptionnelle. Elle doit courir jusqu’au 1er juin, et comprend 250 emplacements sur 2 000 mètres carrés de plages communale.

Certains pourraient estimer que la prise de risque est importante, car mis à part le système de réservation, les individus présents sur la plage ne portent pas de masque de protection. Pourtant, ce jeudi 21 mai, la quiétude semblait régner. Les personnes présentes avaient l’air de se réjouir d’avoir la possibilité de se prélasser le long des six allées établies entre les carrés de sable réservés.

Ces chemins sont d’ailleurs exclusivement réservés pour descendre vers la plage, tandis que d’autres servent à remonter en direction des emplacements. Le tout pour éviter aux citoyens de se croiser. Mettre en place toute cette organisation a un coût pour la commune : cette dernière a versé 20 000 euros d’aménagement. Un investissement important que la ville pourrait regretter, car ce jeudi 21 mai, une vingtaine de parcelles étaient vides à la mi-journée... Comment l'expliquer ?

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Vidéo : Ascenseur et Covid-19 : ce que vous devez savoir pour vous protéger

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.