Le Conseil scientifique se penche sur un allègement du pass sanitaire, avant un nouveau conseil de défense le 7 octobre. Cette mesure pourrait-elle être levée dans certains départements ? On fait le point.
Pass sanitaire localisé :

Pass sanitaire localisé, acte II. Après l'avoir évoquée dès le mois de septembre, puis avoir finalement fait marche arrière, le gouvernement envisage de nouveau cette option. Lors d'un déplacement à l'Hôtel-Dieu de Paris, le ministre de la Santé Olivier Véran a souligné que la France restait dans une "logique de baisse de la circulation du virus", rappelant que, "quand le virus baisse, les contraintes baissent". Faut-il s'attendre à une fin totale des restrictions d'ici quelques jours ? Pas vraiment, selon les explications d'Olivier Véran. 

Un assouplissement national ou territorial ?

Cité par BFMTV, le ministre de la santé a déclaré : "Aujourd'hui, le Conseil scientifique a été saisi à la demande du président de la République pour voir dans quelles conditions nous pourrions alléger l'application du pass sanitaire, ou, et encore une fois à quelles conditions". "Un conseil de défense et de sécurité nationale permettra comme nous en avons pris l'habitude depuis bientôt deux ans d'aborder l'ensemble de ces éléments et de faire les annonces", a-t-il ajouté.

Selon l'agenda du président de la République, ce conseil de défense doit se tenir jeudi 7 octobre. La question d'un allègement des restrictions devrait donc être au coeur des discussions. S'agira-t-il d'un assouplissement national ou territorial ? "Ce sont les questions pour lesquelles nous avons saisi le Conseil scientifique", a rappelé Olivier Véran, expliquant qu'il attendait "d'avoir leur copie". Si la situation s'améliore dans l'ensemble de l'Hexagone, certains départements affichent désormais un taux d'incidence bien en-dessous de la moyenne nationale, qui est à 48 pour 100 000 habitants. Il frôle même les 10 cas pour 100 000 habitants dans certains territoires, du jamais vu depuis de nombreux mois.

Pour d'autres départements, en revanche, la situation est encore un peu complexe. Avec un taux d'occupation élevé en réanimation ou des indicateurs qui baissent moins vite, ils ne sont pas totalement dans le vert, mais pas non plus dans le rouge. Si le gouvernement opte pour un pass sanitaire localisé, quels pourraient être les départements qui y échapperaient ? Découvrez, dans le diaporama ci-dessus, ceux où le taux d'incidence est le plus bas et où il évolue dans le bon sens.

La Meuse

1/20
La Meuse

Taux d'incidence pour 100 000 habitants au 2 octobre : 18,2

Evolution du taux d'incidence sur 7 jours au 5 octobre : -25%

L'Aisne

2/20
L'Aisne

Taux d'incidence pour 100 000 habitants au 2 octobre : 20,7

Evolution du taux d'incidence sur 7 jours au 5 octobre : -16%

L'Orne

3/20
L'Orne

Taux d'incidence pour 100 000 habitants au 2 octobre : 19,9

Evolution du taux d'incidence sur 7 jours au 5 octobre : +11%

Si ce département affiche un taux d'incidence bien en-dessous de la moyenne nationale, son évolution - à la hausse sur les 7 derniers jours - doit être surveillée.

L'Allier

4/20
L'Allier

Taux d'incidence pour 100 000 habitants au 2 octobre : 22

Evolution du taux d'incidence sur 7 jours au 5 octobre : -19%

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.