Depuis 2011, les habitants peuvent participer à la surveillance de leur quartier dans le cadre du dispositif "Participation citoyenne". La mairie de Longjumeau a expliqué à "Planet" comment cela fonctionnait dans leur commune.

Le dispositif "Participation citoyenne" a été lancé à l’échelle nationale en 2011 par le ministère de l'Intérieur. Il s’inspire du système anglo-saxon "neighbourdhood watch" dans lequel les habitants participent à la surveillance de leur quartier. Ils se regroupent au sein de réseaux de voisinage pour veiller à la sécurité et prévenir des actes de délinquance de proximité.

Fort de son succès et des demandes croissantes de la population pour renforcer la police de proximité, il est mis en place par de plus en plus de communes françaises. C’est le cas de la ville de Longjumeau, dans l’Essonne, qui a officiellement lancé le dispositif le 19 janvier.

"Un dispositif à titre expérimental"

A Longjumeau, commune de plus de 20 000 habitants, c’est le service Démocratie locale de la municipalité est en charge du projet et de la coordination avec les différents acteurs. En effet, au-delà de la mairie qui a initié le dispositif, les services de police et la préfecture font également parti du protocole "Participation citoyenne" avec les Longjumellois.

Dans la commune, le projet a été mis en place très récemment de manière expérimentale dans un quartier en particulier, celui de Balizy-Gravigny, un secteur principalement pavillonnaire, a expliqué la mairie à Planet.

Depuis la signature officielle de protocole, en présence de la Maire, Sandrine Gelot, de la sous-préfète du département et de la commissaire de police de Longjumeau, sept habitants de la commune se sont associés au dispositif. "Ce sont des personnes qui étaient volontaires pour se porter référents, des habitants qui seraient en relais avec la police nationale pour signaler des situations anormales".

La sécurité des Longjumellois avant tout

La sécurité est une priorité pour la mairie, qui souhaite "affirmer la présence des services de police sur certains quartiers de la commune". Le choix a donc été fait de le mettre en place ce "dispositif à titre expérimental qui pourrait s’étendre sur le reste de la commune s'il fonctionne bien et s’il apporte une plus-value".

Mais à l’origine, il y avait surtout une demande de la population. En effet, lors de réunions publiques et de comités de quartier, "il y avait une demande assez forte et assez récurrente des habitants, notamment sur le quartier en question, pour des passagers plus réguliers et une sécurité plus renforcée". Les services de la mairie ont donc décidé d’inscrire Longjumeau dans la longue liste des communes françaises qui ont instauré ce dispositif citoyen.

Le service "Démocratie Locale" insiste bien sur le fait que le rôle des habitants référents du dispositif n’est en aucun cas de se substituer à celui des services de police. Officiellement, leur rôle se limite à de la prévention et à alerter les services compétents en cas d’incident.

Un moyen de renforcer la cohésion sociale

En plus de l’aspect sécuritaire, le dispositif est aussi un moyen de renforcer la cohésion sociale au sein de la commune. Cela concerne d'abord les habitants d’un même quartier ou d'une même rue par le développement d’un réseau de solidarité et de surveillance. Il s’agit de cultiver le "bien-vivre ensemble", d’impliquer les Longjumellois dans la vie locale en les faisant participer à la préservation de leur environnement et de leur qualité de vie.

La mairie souligne également qu’un tel dispositif permet de renforcer la communication entre la population et les différents acteurs de la sécurité sur la commune. Il cherche en effet à ce que les référents "fassent remonter les informations à la police mais aussi que la police leur fasse passer des informations à relayer auprès des habitants".

Publicité
Des réunions seront organisées régulièrement avec tous les acteurs concernés afin de cibler les problèmes en matière de sécurité sur le terrain signalés par les habitants. Cela facilitera par la suite l'intervention des services de police et permettra d'améliorer les conditions de vie à Longjumeau. Un association qui assurera aux Longjumellois de pouvoir dormir sur leurs deux oreilles.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

mots-clés : Sécurité, Surveillance

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité