Les proches de Sophie Lionnet, retrouvée morte à Londres mercredi dernier, se sont confiés au Parisien, ce mardi. Exploitée par ses employeurs, la jeune fille "faisait croire que tout allait bien".

Le corps de Sophie Lionnet, 21 ans, a été retrouvé calciné mercredi dernier dans le jardin d’une maison de Wimbledon, à Londres. Ce mardi, les proches de la jeune fille se sont confiés au Parisien. Ils ont évoqué la personnalité de la Française et ses relations avec ses employeurs, un couple de Franco-Algériens inculpé en fin de semaine dernière pour meurtre. Originaire de Troyes, Sophie avait rejoint l’Angleterre pour y apprendre la langue. Elle était jeune fille au pair depuis quatorze mois et s’occupait des enfants des deux individus suspectés, le tout pour seulement 56 euros par mois.

"Dès qu’on abordait le sujet de l’argent, elle éludait. (…) Elle nous faisait croire que tout allait bien pour ne pas nous inquiéter. Sophie pensait toujours aux autres avant elle", a déclaré une amie au Parisien. La victime rêvait de cinéma et comptait sur son travail pour pouvoir se payer des études artistiques. Sa patronne, Sabrina Kouider, aurait usé des ambitions de Sophie pour pouvoir l’exploiter. "Elle l’a achetée, lui faisant miroiter qu’elle pourrait l’aider à travailler dans le cinéma", a indiqué une autre amie.

Une "fille travailleuse qui voulait s’en sortir par elle-même"      

Les proches de Sophie Lionnet la décrivent comme une "fille travailleuse qui voulait s’en sortir par elle-même" mais également "très influençable". De plus, la victime donnait très peu de nouvelles aux siens durant son séjour à Londres et ne parvenait pas à rentrer en France. "Elle disait toujours 'bientôt'… mais repoussait à chaque fois. Elle n’avait pas d’argent pour payer le retour, mais trouvait toujours des excuses à ses patrons qui avaient soi-disant des problèmes financiers", a expliqué un de ses proches.

Publicité
"Ils lui avaient dit que si elle rentrait elle n’aurait jamais ses salaires", a raconté une autre amie. Sophie avait finalement pu se payer un billet de retour grâce à l’aide de ses parents. Elle aurait dû rentrer en France lundi dernier, comme l'a rapporté BFM. Les deux suspects doivent être présentés devant les juges ce mardi afin de connaître la date de leur procès. La justice française s’est également saisie de l’affaire.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité