Le 30 juin 1991, Ghislaine Marchal était retrouvée morte dans sa riche propriété des Alpes-Maritimes. Une inscription a alors orienté les enquêteurs vers son jeune jardinier, Omar Raddad. Condamné en 1994, qu'est-il devenu ?
"Omar m'a tuer" : 30 ans, que devient Omar Raddad ?AFP

C’est une des affaires criminelles les plus mystérieuses en France. L’affaire Omar Raddad a débuté il y a 30 ans jour pour jour, après la mort de Ghislaine Marchal, une veuve fortunée vivant sur les hauteurs de Mougins (Alpes-Maritimes). À la fin du mois de juin 1991, le corps de la sexagénaire est retrouvé par les gendarmes, dans sa cave, avec des inscriptions restées célèbres : "Omar m’a tuer" (sic).

30 ans qu'Omar Raddad clame son innocence

Cette phrase pointe du doigt Omar Raddad, le jardinier de la propriétaire. Le jeune homme de 29 ans est arrivé en France en 1985 et a pu bénéficier de l’aide de Ghislaine Marchal, comme d’une de ses amies. Il a même un temps vécu dans sa propriété aux côtés de sa femme. Face aux nombreux éléments qui l’accusent – et qui sont aujourd’hui encore contestés par la défense – Omar Raddad est condamné en 1994 à 18 ans de prison. Il bénéficie d’une grâce présidentielle partielle en 1996, réduisant sa peine à quatre ans et huit mois. Il est finalement libéré en septembre 1998, après avoir justifié l’obtention d’un nouveau logement et d'un nouvel emploi.

23 ans après sa libération, Omar Raddad continue de se battre pour faire réviser sa condamnation, car il n’a jamais cessé de clamer son innocence. Comme l’explique franceinfo, son avocate, Me Sylvie Noachovitch, doit "déposer une nouvelle requête en révision du procès sur la base de nouvelles analyses de traces d’ADN" ce mercredi 23 juin. Selon les informations du Monde, ces analyses menées en 2019 ont conclu à la présence d’une trentaine de traces d’un ADN masculin qui n’appartient pas à Omar Raddad… Bientôt la fin d’un mystère de 30 ans ?

Débarrassez-vous des moustiques avec la lampe Vortex

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.