La cathédrale Notre-Dame de Paris a été très endommagée par l'incendie. Il se trouve que ce drame expose malheureusement le monument à bien d'autres risques...
AFP

Incendie de Notre-Dame : la structure trop fragilisée

Depuis qu’il a été ravagé par les flammes, le toit de la cathédrale Notre-Dame de Paris n’est plus aussi résistant. C’est en tout cas ce qu’a affirmé le professeur Paolo Vannucci au magazine spécialisé dans le bâtiment, Batiactu. L’ingénieur, spécialiste de mécanique, a expliqué que la résistance au vent de la cathédrale a diminué de 60%. Par ailleurs, il affirme que l’incendie a eu des effets "catastrophiques", dont l’effondrement d’une partie du dôme.

"La structure a changé. Une partie de cette structure n'existe plus, la toiture a disparu, ainsi qu'une partie de la voûte" a indiqué l’expert à l’AFP. "Cet effondrement d'une partie de la voûte a causé les dommages les plus importants", a-t-il poursuivi.

Grâce à un calcul récent, basé sur des simulations réalisées sur un modèle numérique, Paolo Vannucci et son équipe de recherche avaient pu constater que la cathédrale pouvait résister à un vent allant jusqu’à 222 km/h. Aujourd’hui, le monument le plus visité de France ne peut supporter qu’un vent de 90km/h avant que ses voûtes ne s’effondrent.

"Les voûtes ont été exposées à des hautes températures, et les pierres et mortiers ont subi des dommages. La résistance en compression a été amoindrie" a-t-il expliqué au magazine spécialisé.

Incendie de Notre-Dame : la structure doit sécher

Le chercheur; qui travaille pour le centre national de la recherche scientifique (CNRS), a rapporté que des tests devront être réalisés avant de pouvoir procéder à la moindre opération. S’il est impossible de simplement restaurer ces arcs, alors il faudra les reconstruire entièrement.

Le spécialiste italien conclu en ajoutant que l’une des priorités est la mise-hors d’eau et le séchage. Le bâchage intérieur et extérieur a d’ailleurs débuté mardi.

Selon Jean-Baptiste Dilly, cadre au sein de l'entreprise Jarnias qui est en charge de poser les bâches, cette installation est provisoire et devrait durer plusieurs mois. Ce n’est qu’après l’installation d’une autre bâche, empêchant l’infiltration de goutte de pluie, que les travaux pourront commencer.

Vidéo : Notre-Dame de Paris, un épineux problème juridique

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.